La visite du Premier ministre turc, Recep Tayyib Erdogan, ce mardi à Alger, a permis de donner un nouvel élan à la relation algéro-turque. Une venue qui apporte son lot d’annonces et de promesses.

Que nous réserve Recep Tayyib Erdogan ? C’était la question du jour en Algérie. Partenariats économiques, rapprochement politique, échange culturel, tout devait être passé au crible. On attendait surtout des propositions sur le domaine économique mais le Premier Ministre turc a surpris avec un autre type d’ouverture de la Turquie vers l’Algérie.

Erdogan a exprimé, dans un premier temps, son désir de supprimer les visas d’entrée entre l’Algérie et la Turquie. « Nous avons supprimé les visas d’entrée avec 70 pays, alors pourquoi pas avec l’Algérie », a-t-il indiqué dans un discours prononcé devant les membres de l’Assemblée populaire nationale. Même si l’obtention d’un visa turc est assez aisée pour les Algériens, supprimer cette démarche faciliterait leur venue.

L’économie ne devrait pas être en reste, puisqu’un forum d’entrepreneurs turcs et algériens était au cœur de cette rencontre. Pour l’heure aucun partenariat n’a été évoqué, mais il est à prévoir des échanges et de nombreux projets dans le secteur du textile et de l’industrie entre les deux pays, à l’issue de cette visite officielle.

De son côté, Abdelmalek Sellal a assuré dans son discours « que vous trouverez en ma personne et en celle de l’ensemble des responsables politiques algériens, toutes la disponibilité et la volonté de hisser la concertation et le dialogue politique ainsi que la coopération économique et culturelle, au niveau attendu par les deux pays. »

Notez cet article