Le ministère des affaires étrangères dispose de nouvelles « rassurantes » sur l’état de santé les six diplomates algériens, maintenus en captivité dans le Nord du mali depuis plus d’une année, a indiqué ce lundi Mourad Medelci.

« Les informations dont le ministère des Affaires étrangères dispose sont rassurantes. Nous n’avons pas, aujourd’hui, d’inquiétude du fait qu’ils sont vivants. Je ne peux pas en dire plus pour l’instant », a affirmé lundi Mourad Medelci au micro de Radio Algérie internationale. Tout en faisant part de son « souhait » pour que ces otages « retrouvent leurs familles respectives, le plus tôt possible », le chef de la diplomatie algérienne a précisé que cet « espoir n’est pas fondé uniquement sur une conviction cultuelle ».

Interrogé par nos confrères de la Radio Algérie internationale, le ministre a catégoriquement exclu la possibilité de se plier au paiement d’une rançon. Cette position est « claire », a rappelé Mourad Medelci, précisant que « certains pays sont en train de se ranger sur la position de l’Algérie ».

Peu d’informations filtrent sur la situation dans laquelle se trouvent les trois agents diplomatiques, enlevés le 5 avril 2012 dans le nord du Mali et encore retenus par le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). En juillet, trois des sept otages avaient été relâchés. Et en septembre, le groupe terroriste avait annoncé l’exécution de l’un d’ente eux, en l’occurrence du vice-consul algérien Taher Touati, après un ultimatum de huit jours donné au gouvernement algérien pour libérer d’Aqmi.

Notez cet article