pelerinage-a-la-mecque
L’Office national du Hadj et de la Omra (ONHO) a indiqué, hier, dans un communiqué, que le prix du hadj cette année, qui aura donc lieu durant le mois d’octobre, a été fixé à 256 000 dinars, sans le prix du billet d’avion. Ce dernier étant de dix millions de centimes. Au total, le hadj coûtera 356 000 dinars.
L’ONHO annonce que «le versement, qui doit s’effectuer exclusivement auprès de la banque d’Algérie implantée dans le territoire national, et non auprès des guichets d’Algérie Poste, commencera le 14 juillet 2013». A rappeler que le prix a été fixé l’année dernière à 221 000 dinars, sans le billet d’avion bien évidemment. Ce qui fait une hausse de 35 000 dinars. Il faut dire que le hadj demeure assez cher pour les petites bourses. Ceci, sachant que l’Etat «subventionne» ce prix avec une aide de quelques millions. Ainsi, au fur et à mesure que le nombre de demande pour effectuer le hadj augmente, les tarifs des établissements hôteliers en Arabie Saoudite connaissent eux aussi une hausse.
En raison de travaux que connaît la Mecque, les autorités saoudiennes ont diminué le nombre de visa du hadj, octroyé pour l’Algérie. Selon des informations, cette année ce sont que 27 800 Algériens qui pourront se rendre dans ce pays pour s’acquitter de cette tache religieuse. Si environ 20 000 pèlerins seront transportés par l’Office national du Hadj et de la Omra et quelques 3 000 par le Touring Club d’Algérie, le reste trouvera des difficultés pour choisir une agence de voyage. Chaque année, des citoyens se plaignent des prestations offertes par ces privés. Il y a même des cas où c’est carrément l’ONHO qui est venu au secours de pèlerins laissés à l’abandon. Il faut dire aussi que les tarifs du hadj actuels, assez élevés, n’encouragent pas les agences dont beaucoup évitent ce «marché».

Elyas Nour