Les importations de produits alimentaires sont en hausse en Algérie, selon la tendance observée au cours des cinq premiers mois de l’année 2013. Après la viande fraîche, il s’agit maintenant du sucre.

Le Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes a indiqué dans un rapport que les importations algériennes en sucre ont été en hausse lors des cinq premiers mois de l’année en cours, par rapport  à la même période de l’année dernière. Ainsi, le pays a importé, de janvier à fin mai, 883 005 tonnes de sucres, pour une somme de 469,03 millions de dollars. Tandis que les importations à la même période en 2012 se limitaient à 545 755 tonnes pour un montant de 343,67 millions de dollars. Une hausse, sur le plan financier, de près de 36,47%. Une facture qui aurait pu être plus lourde s’il n’y avait pas un léger repli des prix depuis trois ans.

La Cnis ajoute que les importations ont connu, par contre, un léger repli durant le mois de mai où il n’y a eu que 75,35 millions de dollars d’importation contre 85,71 millions de dollars en mai 2012. D’ailleurs, il est utile de rappeler qu’après les émeutes de janvier 2011, l’Etat a décidé de plafonner les prix du sucre et de l’huile. L’autre décision prise, afin de maintenir les prix de ces deux produits dans une fourchette «accessible» aux petites bourses est l’exonération des taxes et des droits douaniers.

Mais, en dépit de ces aides de l’Etat et de la chute des prix sur le marché international, le sucre en Algérie se vend toujours autour de 90 dinars le kilogramme. A titre d’exemple, dans les différentes bourses le sucre blanc a été vendu ces deux derniers jours à 480 dollars la tonne. En d’autres termes, environ 38,5 dinars le kilogramme. En 2011, lorsqu’il y a eu une certaine hausse en Algérie, le prix de la tonne de sucre dans les bourses était de près de 900 dollars la tonne. Les prix ont donc bien chuté sur la marché international, d’environ 50%, mais cela ne s’est pas répercuté sur le marché local. Ces importateurs se «sucrent»-ils sur le dos des Algériens ?

Elyas Nour