La situation des réfugiés en Syrie est la pire crise humanitaire depuis le génocide au Rwanda, selon Antonio Guterres, responsable des réfugiés à l’ONU. Le nombre de syriens déplacés à cause du conflit a atteint 1,8 million de personnes.

Le conseil de sécurité a examiné la situation humanitaire de la Syrie lors d’une séance publique mardi après midi, retransmise en direct sur la web TV des nations unies. En début de séance, Antonio Guterres au côté de Valeries Amos, responsable des affaires humanitaires à l’ONU, ont tenu à alarmer l’instance internationale sur l’état de la population syrienne dans le pays et dans la région. Des représentants de plusieurs pays limitrophes étaient présents.

D’ici fin 2013, un quart de la population du Liban sera syrienne

« La situation en Syrie menace la stabilité de notre pays » a déclaré le représentant du Liban devant l’assemblée des nations unies cet après midi. L’estimation du nombre de réfugiés syriens sur le sol libanais se situe entre 680 000 et 1,2 million de personne dont 70% de femmes et d’enfants. Un écart qui s’explique par le nombre de réfugiés se déclarant officiellement aux institutions libanaise d’une part, et du nombre global de déplacés estimé par les autorités d’autre part. Le Liban est le pays de la région qui accueille le plus de réfugiés fuyant la Syrie autant en valeur absolue qu’en terme de part de sa population totale a tenu à ajouter le représentant du Liban à l’ONU.

D’ici fin 2013, le nombre de réfugiés syriens au Liban devrait atteindre 1 229 000 personnes, soit un quart de la population totale du Liban. Un pays qui a demandé cet après midi, l’aide de la communauté internationale pour la prise en charge des déplacés.

 

Notez cet article