La population en Algérie dépassera les 38,7 millions d’habitants en 2014, alors que la dernière statistique, avait indiqué que le nombre d’Algériens était de 37,9 millions d’habitants, a indiqué jeudi, la directrice technique des statistiques, de l’emploi et de la population à l’Office national des statistiques, Amel Lakhel.

La population en Algérie dépassera les 38,7 millions d’habitants en 2014, alors que la dernière statistique, avait indiqué que le nombre d’Algériens était de 37,9 millions d’habitants, a indiqué jeudi, la directrice technique des statistiques, de l’emploi et de la population à l’Office national des statistiques, Amel Lakhel.

Les prospectives de l’ONS sont basées, selon l’interlocutrice, sur les chiffres et indices qui parviennent des services de l’état civil. En ce qui concerne les taux de naissances, des décès et de nuptialité, Mme Lakhal a précisé que les services de l’état civil, ont enregistré cette année, 978.000 naissances vivantes, 170.000 décès et 371.000 mariages. Elle a rappelé à ce propos que le dernier recensement de la population en Algérie a été effectué en 2008. « Cette opération est organisée tous les dix ans, et vise à adapter les politiques sociales et économiques avec les taux de croissance démographique », a-t-elle ajouté.

Il convient de rappeler que le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (DAES), avait indiqué auparavant, que la population algérienne passera de 38 millions d’habitants en 2013 à 46,5 millions en 2025 avant de stagner autour de 55 millions d’habitants entre 2050 et 2100.
Les projections faites par l’ONU sur la population algérienne jusqu’à 2100 font ressortir, principalement, une forte décélération démographique, une nette baisse du taux de fécondité, un vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie.

Dans les détails, la population aura augmenté de 18% entre 2013 et 2025, et de 17% entre 2025 et 2050, puis de seulement 0,7% entre 2050 (population de 54,5 millions d’habitants) et 2100 (54,9 millions d’habitants).

Pour ce qui concerne la pyramide des âges, il est constaté que la tranche allant entre 0 et 14 ans connaîtra une baisse continue. Alors que cette population des moins de 15 ans représente 27,8% de la population en 2013, elle diminuera à 20% en 2050 avant de glisser encore à 16,7% en 2100.

Cette tendance baissière concernera également, selon le rapport de l’ONU, les individus âgés entre 15 et 59 ans qui représentent près de 65% de la population en 2013, contre 59,3% en 2050 et 54,8% en 2100. Par contre, la part de la population âgée entre 60 et 79 ans suivra une hausse continue puisqu’elle passera de 7,4% de la population globale en 2013 à 20,5% en 2050 avant d’atteindre 28,4% en 2100. Une tendance similaire concernera les personnes âgées de 80 ans et plus qui représentent 0,8% de la population en 2013 mais qui augmenteront à 2,2% en 2050 avant de plus que tripler pour atteindre 7,4% en 2100. Quant à l’âge médian de la population algérienne, il passera de 27 ans en 2013 (contre 17 ans en 1980), pour s’établir à 36,3 ans en 2050 et à 43,2 ans en 2100. Abordant le taux de fécondité en Algérie, le rapport de l’ONU observe qu’entre 1975 et 2010, ce taux a baissé de 62%, classant le pays parmi les 15 ayant connu le changement le plus significatif à travers le monde en ce qui concerne ce critère. Quant à la mortalité infantile à la naissance, elle passera de 26,4 décès/1.000 naissances en 2010-2015 (contre 34,8 décès en 2000-2005) à 21,3 décès en 2020-2025 et à 9,3 décès en 2095-2100.

Salima Ettouahria – Lu sur El Moudjahid