La saison estivale bat son plein. Celle des harragas aussi. Un groupe de 25 candidats à l’émigration clandestine, âgés de 25 à 35 ans, a été intercepté, jeudi matin, à une vingtaine de milles marins au large de la ville d’El Kala (El Tarf), a indiqué mercredi l’APS,  qui cite comme source le groupement territorial des Garde-côtes à Annaba.

Les 25 « harragas » tentaient de rejoindre les côtes italiennes à bord d’une embarcation de fortune lorsqu’ils furent interceptés et arrêtés par les éléments de l’unité de surveillance des Garde-côtes basée à Cap Rosa, près d’El Kala.

Ils ont été conduits à la station marine des Garde-côtes, à Annaba, où ils ont subi une visite médicale, avant d’être présentés devant le procureur de la République près le tribunal d’Annaba, a indiqué la même source. Ce n’est pas la première fois que les Gardes-côtes de Annaba arrêtent un groupe de harragas. La semaine passée, une tentative des Gardes-côtes de la même région a arrêté un autre groupe de 23 personnes. Deux parmi ces derniers étaient armés. Ils avaient tiré sur les militaires. La riposte de ces derniers a poussé à la mort des deux assaillants et à la blessure de 8 autres personnes.

Plusieurs dizaines de jeunes tentent, chaque jour, de traverser la mer pour aller immigrer sur l’autre rive de la Méditerranée. Certains d’entre eux périssent en mer. D’autres sont expulsés par les pays d’accueil. Une loi, datant de 2010, criminalise l’immigration clandestine. Mais cela n’a nullement freiné la traversée de la mer.

E. W.