Tariq Krim a de la magie aux bouts des doigts et du clavier. Ce prodige de la technologie a bouleversé le monde du web en lançant des sites utilisés par le monde entier : Generationmp3.com  et surtout Netvibes l’ont fait entrer dans l’histoire 2.0. Portrait.

Fan de la culture hip hop, du rap, de la scène électro et amateur de cinéma indépendant, c’est dans le quartier parisien « Le Marais » que Tariq Krim, ce Français d’origine algérienne est né et a grandi. Fils d’un professeur d’économie et d’une professeur d’éducation physique, le prodige se distingue à son plus jeune âge et crée à l’âge de 12 ans un serveur Minitel pour échanger avec un ami. Une fois bachelier, Tariq s’oriente vers des études portées sur la physique à l’Université de Jussieu pour finalement entrer dans la prestigieuse Ecole nationale et supérieure des télécommunications (ENST).

L’Homme visionnaire

Fraîchement diplômé de l’ENST, Tariq voit grand et décide de faire ses premières dents outre-Atlantique plus particulièrement à San Francisco en Californie. Puis c’est à la suite de sa rencontre avec Jean-François Bizot en 1994 que le jeune franco-algérien, en avance sur son temps, va commencer à écrire sur un sujet qu’il porte à cœur : la cyberculture. Cette ascension médiatique se poursuit lorsque le débat sur le téléchargement illégal est ouvert en France, il porte la voix du mouvement des pro-P2P.

Mais la dimension visionnaire du personnage discret prend forme en 1999 lorsqu’il créa Generationmp3.com, un site dédié à la musique en ligne mais il deviendra très vite un blog influent dans le domaine des technologies, bien avant que la mode des blogs n’arrive en France.

L’Innovateur

C’est avec Netvibes, lancé en 2005, que Tariq acquiert sa notoriété et connait son sacre. Le concept est simple, innovant et avant-gardiste : c’est un portail web personnalisable qui lui permet d’agréger des flux d’informations selon ses critères. Un succès du à un travail rigoureux qui lui permettra de se développer avec les années. Il est utilisé aujourd’hui par beaucoup de média.

Puis vient une discorde entre le franco-algérien et les actionnaires, lui voulait étendre et développer le site internet afin d’acquérir de plus en plus de notoriété alors que les investisseurs voulaient monétiser le service au plus vite afin de rentabiliser le site. A la manière de Steve Jobs, Il quitte la direction en 2008 et fonde Jolicloud, un système d’exploitation basé sur linux pour netbooks grâce aux investissements à hauteur de 3 millions d’euros de Niklas Zennström, fondateur de skype et Giles Samoun, créateur de Qualys.

Il finit par revendre Netvibes en 2012 pour la modique somme de 20 millions d’euros au groupe français Dassault Sysèmes.

L’Avenir

Tariq Krim ne manque pas de décorations prestigieuses, il fut nommé en 2011 chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par le ministre de la culture et de la communication française. Il reçut également le célèbre prix scientifique TR35 par la revue américaine Technology Review du MIT. Il est également l’une des rares personnalités françaises à figurer dans le Forum économique global en tant que «Young Global Leaders».

Autant d’éloge et de récompenses qui le conduit à être responsable d’une mission au sein de l’Etat français, il est chargé d’établir une «cartographie des talents émergents» pour la ministre déléguée à l’Economie numérique, Fleur Pellerin. Il est, depuis janvier 2013, vice-président écosystème et innovation du Conseil national du numérique.

Récemment, il a mis au point le concept des «office hours» qui consiste à rencontrer pendant une heure par semaine des talents qu’il faut «aider à développer». Il déclare : « Il faut arrêter de regarder le monde entier avec envie, nous avons énormément de talents, et je vais essayer de faciliter la rencontre entre ces derniers. »

Rayane H.

Notez cet article