La même arme, un 9 mm, aurait servi à l’assassinat des opposants tunisiens Mohamed Brahmi et Chokri Belaid, selon l’annonce faite par le Ministre de l’intérieur, Lofti Ben Jeddou, ce vendredi. L’assassin présumé s’appelle Boubaker El Hakim, un salafiste extrémiste connu des services de police.

Une arme pour deux crimes portant atteinte à la stabilité politique de la Tunisie. Mohamed Brahmi, député de l’opposition tunisienne a été retrouvé assassiné dans la matinée du 25 juillet. Son corps, criblé de 11 balles, se trouvait devant son domicile. L’arme du crime aurait également servi à tuer Chokri Belaid. Ce membre de l’opposition et avocat tunisien avait été exécuté par balle le 6 février dernier. Un assassinat qui avait provoqué de violentes réactions parmi la population tunisienne ainsi qu’une crise politique au sein du gouvernement.

Le coupable présumé déjà connu des services de police comme intégriste religieux serait également impliqué dans des opérations de contrebande d’armes. Le trentenaire se trouvait sur une moto conduite par un homme du nom de Lofti Ezzine. Les deux hommes sont toujours en fuite.

En milieu de journée, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant l’Assemblée Nationale Constituante pour exprimer leur indignation face à cet attentat politique.

Crédit photo : Actualités à la Une, Tunisie

Notez cet article