Des voitures en Algérie
Des voitures en Algérie

Encore un classement international qui épingle la capitale algérienne. Pour la énième année, Alger se retrouve classée parmi les 10 villes les moins vivables au monde. En 2013, malgré les chantiers initiés par les autorités algériennes, Alger n'arrive toujours pas à améliorer son classement. C'est le célèbre magazine The Economist  qui a dressé ce constat amer. Dans  son classement annuel des villes les plus agréables du monde, il classe Alger parmi les 10 villes les moins vivables sur la planète !

Pour établir ce classement annuel, The Economist prend en considération une trentaine de critères autour de cinq domaines : stabilité, soins de santé, culture et environnement, éducation et infrastructures. Et comme chaque année, Alger n'est pas jugée suffisamment performante dans ces domaines. Pis encore, ses notes sont catastrophiques et le rapport réalisé par The Economist indique que la capitale algérienne offre une piètre qualité de vie à ses habitants. Et pourtant, Alger ne manque d'atouts pour s'imposer comme une belle et rayonnante ville. Une côte enchanteresse, des paysages naturels impressionnants, des vestiges historiques méconnus, une population accueillante et chaleureuse, une position géographique stratégique et un climat doux, la vie a concédé à Alger de véritables privilèges. Malheureusement, ils ne sont pas assez mis en valeur et les carences de la politique urbanistique de l'Etat algérien ont fini par entraîner Alger la Blanche dans la boue de la décadence.

Advertisement

Les chercheurs de l’Economist Intelligence Unit (EIU), unité de recherches et d’analyses appartenant au magazine britannique « The Economist », l'affirment haut et fort : la qualité de vie fait défaut à Alger à cause de ses nombreuses incuries. Par conséquent, la capitale côtoie dans les dernières cases du tableau des villes sinistres comme Lagos (Nigeria), Karachi (Pakistan) ou Dhaka (Bangladesh). Et malheureusement, chaque année, Alger se retrouve accablée par ses piètres évaluations sans les autorités concernées ne daignent réagir pour sauver l'honneur d'une capitale naguère qualifiée de "perle de la méditerranée"...