6 morts et 30 blessés, c’est le dernier bilan établi par les autorités locales de Bordj Badji-Mokhtar à la suite des terribles affrontements entre communautés targuie et arabe dans le sud du pays, dans la wilaya d’Adrar.

Il s’agissait d’un simple délit qui a tourné au drame. La ville de Bordj Badji-Mokhtar  a été secouée durant la nuit de mardi à mercredi 14 août par des affrontements physiques entre les communauté touareg et arabe. Le wali d’Adrar, Ahmed Abdelhafidh Saci a expliqué que ce violent incident est le résultat d’une tentative de vol dans un magasin par un individu qui a dégénéré en échauffourées. Le ton serait monté entre le propriétaire du commerce, ses proches,  et le présumé voleur, jusqu’à enflammer la ville. De nombreux habitants des deux communautés sont sortis armes aux poings et se sont battus à coups de pierre. A l’issue de cette nuit mouvementée, de nombreux commerces avaient été saccagés et pillés, et des voitures incendiées. Quant au bilan humain, il est finalement de 6 morts et de 30 personnes blessées, dont 6 dans un état grave qui ont dû être évacuées vers l’hôpital de Reggane.

Les rivalités entre tribus targuie et arabe sont fréquentes, notamment pour des différends territoriaux. Mais il est rare que les deux communautés en viennent à de telles violences entraînent des morts. Il s’agit d’un nouveau coup dur pour la ville de Bordj Badji-Mokhtar qui a récemment dû faire face à d’importantes inondations suite à des pluies diluviennes, qui ont entraîné l’effondrement de 209 habitations le week-end dernier, exacerbant ainsi les tensions dans toute la wilaya d’Adrar. Les autorités d’Adrar ont appelé à calmer les tensions pour un retour à la paix. Le wali d’Adrar et les notables de la région, ont appelé à privilégier « la sagesse » et à « faire prévaloir le dialogue et la raison, ainsi que l’esprit civique ».

La rédaction avec APS