Le Cheikh Chems Eddine Bouroubi, prédicateur attitré de la chaîne de télévision privée Ennahar TV a décidé de déposer une plainte contre le Ministre des affaires religieuses, Bouabdallah Ghoulamallah, pour des propos le concernant tenu par ce dernier et jugés diffamatoires.

Pour rappel, le ministre s’en est violemment pris au prédicateur lors d’un entretien qu’il a accordé au quotidien arabophone El Khabar, paru dans son édition du 29 juillet dernier. Prié de donner son avis sur le Cheikh Chems Eddine, devenu un véritable phénomène de télévision en l’espace de quelques mois, Ghlamallah a déclaré que «quand un Cheikh devient le sujet de la risée de la société, il ne lui reste rien comme valeur en tant qu’imam».

«Le Cheikh Chems Eddine avait une association à Belouizdad (Alger), il ramassait de l’argent chez les gens et s’adonnait à des actions caritatives en mariant les jeunes, tout en prenant une commission pour lui, et cela est inacceptable. Les autorités ont par la suite mis un terme à l’activité de son association. On l’a cru innocent puisqu’il ne portait pas atteinte à la religion. Mais les autorités y ont certainement vu des choses que je ne connais pas. Aujourd’hui, Cheikh Chems Eddine dit n’importe quoi. Il se questionne et répond à lui-même comme si la question venait d’un téléspectateur. Il dit aux citoyens : vole parce qu’il y a ceux qui volent beaucoup. C’est du n’importe quoi », a dénoncé encore le ministre des Affaires Religieuses qui a mis en garde les Algériens contre les prêches de ce prédicateur car, estime-t-il, « les choses se sont dégradées au point où les gens racontent des blagues à propos de ce Cheikh ». « Un homme de religion ne doit pas arriver à ce niveau », a déploré le ministre qui ne s’est pas contenté de remettre en cause les compétences religieuses puisqu’il accuse ouvertement  Cheikh Chems Eddine de détournement ! Ce qui a fait réagir le prédicateur d’ Ennahar TV. Et le bras de fer ne fait que commencer… 

Elyas Nour