Lionnel Luca, un député français affilié au parti de droite UMP, n’en est pas à son premier dérapage sur les réseaux sociaux. Ce vendredi matin, le politicien a associé dans un même Tweet au nom de Hitler et le mot « voile », hidjab, en référence au débat sur le port du foulard à l’université qui agite actuellement la France. 

Ce vendredi matin, Lionnel Luca a réagi sur twitter à un édito du quotidien Le Monde dans son édition du 7 août. L’article s’interrogeait sur la pertinence d’une énième loi sur le voile, un sujet décidément récurrent en France ces derniers temps, et préconisait plutôt l’apaisement : « Une loi interdisant le port du voile dans l’enseignement supérieur, à laquelle la Conférence des présidents d’université est hostile, risquerait d’être perçue comme stigmatisante. Elle pourrait attiser les tensions dans une société qui a, plus que jamais, besoin d’apaisement », peut-on lire dans cet édito du Monde. Un avis que ne partage pas Lionnel Luca. Le député compare en effet l’appel à l’apaisement à une capitulation, à l’image de celle faite par le Premier ministre Neville Chamberlain qui signa avec Hitler en 1938 les accords de Munich.

Dans un second Tweet, posté juste après, le député UMP continue sur sa lancée en écrivant que « l’apaisement avec la tyrannie est toujours le leitmotiv des capitulards du temps de paix qui annonce la collaboration du temps de guerre ». Lionnel Luca assimile donc les jeunes filles voilées à l’université à des tyrans et semble même professer la venue d’une période de guerre. Avec les musulmans ?

Les réactions sur Twitter ne se sont pas faites attendre. Et plusieurs internautes ont fustigé le député UMP.

Ce dérapage de Lionnel Luca s’inscrit dans le contexte du débat qui tourne autour d’une possible loi interdisant le port du foulard au sein des universités françaises. C’est un rapport de l’ex-Haut Conseil à l’Intégration, révélé par Le Monde, qui a lancé la polémique. Celui-ci contenait en effet 12 propositions, dont une qui préconisait d’interdire le voile à l’université. Depuis, le voile est le nouveau sujet de discussion des politiciens et des médias français. Le quotidien Le Figaro a même commandé un sondage Ifop pour savoir combien de citoyens sont pour une loi allant dans ce sens. Et selon les conclusions du sondage, ils seraient 78% contre le port du voile à l’université en France, dont 91% de sympathisants UMP. Par contre, parmi les jeunes, ils ne sont que 11% à souhaiter cette interdiction. 

Annonce populiste ou conviction personnelle ? Juste après la publication de ce sondage, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, a en tout cas déclaré que les propositions faites par le rapport du HCI sont « dignes d’intérêt ».