La sélection nationale de football affrontera en amical, ce soir au stade de Blida, la Guinée. Déjà qualifiée au dernier tour qualificatif pour la Coupe du Monde 2014, l’équipe algérienne prépare cette double confrontation des barrages, en aller et retour, qui aura lieu durant les mois d’octobre et novembre. Avant, elle disputera, le 10 septembre prochain, face au Mali, le dernier match du second tour.

Une rencontre sans enjeu, si ce n’est le classement FIFA, puisque les Verts, avec 12 points, sont déjà qualifiés, alors que les Maliens,  les talonnent avec 8 points. Si les Algériens ont été nombreux à exprimer leur joie vis-à-vis de cette qualification au dernier tour, il n’en demeure pas moins que la mission, durant ces barrages, est extrêmement difficile. C’est l’avis, d’ailleurs, du défenseur de l’Ajaccio (France), Mehdi Mostefa. Celui-ci, dans un entretien publié sur le site Internet de France Football, a indiqué que la tache sera «très compliqué». «L’adversaire sera de taille car nous allons affronter une des meilleures équipes du continent africain», a-t-il déclaré.

En effet, les dix premiers des dix groupes de ce second tour vont s’affronter, entre eux, en aller et retour suite à un tirage au sort qui s’effectuera le 16 septembre. Donc, l’Algérie jouera sûrement face à l’une des meilleures équipes africaines. La qualification au Mondial ne sera pas facile. Ceci, d’autant plus, qu’il y a dans le pays un véritable engouement envers le football. Ce qui implique une pression supplémentaire sur le groupe. «L’engouement au pays ? Il est comme ça. On ne pourra jamais rien y faire. Les Algériens sont des passionnés. A nous de les calmer dans nos déclarations, mais on aura besoin d’eux pour ce match du mois d’octobre. Nous avons conscience que le plus dur reste à faire», a déclaré Mostefa en réponse à une question à ce propos. On s’en souvient, en 2009, les Algériens sont sortis, par millions, pour fêter la qualification au Mondial sud-africain de 2010. Une qualification arrachée suite à match des barrages disputée au Soudan face aux Egyptiens. Il est fort à parier qu’ils rééditeront la même chose cette fois-ci. Mais cela dépendra bien évidemment d’une éventuelle victoire à l’issue des deux matchs des mois d’octobre et novembre.

Elyas Nour