Hopital Algérie
Hopital Algérie

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers chez les hommes en Algérie. Un mal qui se soigne de mieux en mieux s’il est dépisté à temps.

Les statistiques manquent et pour cause : seules les villes d’Alger, Oran et Sétif disposent d’un registre régional d’enregistrement des malades. Pourtant, le Pr Nacer Belasla, spécialiste en urologie, qui exerce au CHU de Tizi Ouzou, est formel : le cancer de la prostate est le plus répandu chez les hommes en Algérie.

Le premier cancer chez l’homme par sa fréquence à partir de 50 ans, est celui de la prostate et des études épidémiologiques s’imposent pour une réelle estimation de la fréquence de cette maladie en Algérie.

Le Pr Belasla estime qu’il faut mettre davantage l’accent sur la prévention. Il propose ainsi de généraliser le dépistage précoce pour éviter ensuite les traitements curatifs, “plus lourds pour le patient et très coûteux pour l’Etat”. Quelques signes avant-coureur existent : des urines abondantes, une gène au moment d’uriner et des douleurs au niveau de l’appareil génital. Si vous avez plus de 45 ans et que vous vous reconnaissez dans ces symptômes, il est recommandé de consulter.

Un mal qui se soigne de mieux en mieux

Ce qu’il faut savoir, c’est que le cancer de la prostate est une tumeur guérissable lorsqu’elle est diagnostiquée à temps et non métastasée. Les chances de guérison sont de 80% sur dix ans après l’acte chirurgical régional et la radiothérapie.

En revanche, le cancer métastasé nécessite une castration chirurgicale ou médicale et ne guérit que dans 30% des cas sur dix ans. Mêmes difficultés si le cancer survient sur un sujet jeune : la seule solution est alors la castration médicale par médicaments.

Quid du cancer de la vessie ?

Presqu’aussi fréquent que celui de la prostate, le cancer de la vessie frappe aussi sévèrement les hommes algériens. Certains facteurs aggravants, comme la cigarette, l’inhalation de produits toxiques et la consommation de colorants alimentaires, sont donc à éviter. N’hésitez pas à consulter si des traces de sang apparaissent dans les urines. Là encore, la maladie se soigne très bien si le dépistage est précoce.

En Algérie, la moyenne d’âge d’atteinte de cancer est de 52 ans selon les chiffres de l’Institut national de la santé publique. La maladie se développe ces dernières à un rythme affolant, chez les femmes davantage que chez les hommes.

(Avec TSA)