drogue trafic

Plus de six tonnes de drogue ont été saisies par les militaires dans la région de Laghouat, à 400 km au sud d’Alger, a annoncé ce mardi le ministère de la Défense algérien.

Du kif traité. En très grande quantité : 64 quintaux. C’est le bilan de la saisie record qui a eu lieu lundi dans la région de Oued Nily à Hassi R’mel (Wilaya de Laghouat). La drogue était transportée à bord d’un semi-remorque et dissimulée dans des sacs de ciments.

La veille, l’APS, citant la gendarmerie, avait déjà annoncé une autre saisie d’environ 5 tonnes de kif près du poste-frontière de Maghnia (ouest) en provenance du Maroc.

Les annonces de saisie de kif sont devenues quasi-quotidiennes en Algérie ces derniers temps. Et la question qui se pose est celle de savoir si le cannabis produit au Maroc ne fait que transiter par notre territoire pour être exporté, ou s’il est destiné à la consommation locale. Les chiffres de la toxicomanie laissent à penser qu’une partie de la marchandise demeure en Algérie. D’ailleurs, Alger a récemment appelé Rabat à coopérer pour lutter contre ce trafic.

Durant les cinq premiers mois de 2013, c’est environ 40 tonnes de résine de cannabis qui ont été saisies rien par la gendarmerie algérienne. Un chiffre auquel il faut rajouter les prises de la police et des douanes. L’Algérie a adopté une politique répressive à l’égard de la drogue : 18 000 personnes ont été jugées l’an dernier pour trafic de stupéfiants.

En 2012, plus de 157 tonnes de résine de cannabis ont été saisies dans le pays contre 53 tonnes en 2011, selon l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT). Un dernier rapport de l’ONU a classé le Maroc comme le premier producteur et fournisseur de drogue au monde.

(Avec AFP)