Les enquêteurs de l’ONU poursuivent leur mission en Syrie. Après l’avoir suspendu pour des raisons sécuritaire le 27 août, ils se rendront le 28 sur les lieux présumés de l’attaque chimique.

Un photographe de l’AFP a rapporté que les inspecteurs ont quitté Damas à bord d’un convoi de six voitures, sans préciser leur destination. Ils enquêtent sur l’attaque chimique dénoncée par l’opposition, qui aurait tué des centaines de personnes le 21 août à Mouadamiyat al-Cham et dans la Ghouta orientale, deux zones contrôlées par les rebelles à l’ouest et à l’est de Damas.

Les forces occidentales, quat à elles sont prêtes à agir. Les Etats-Unis, le Royaume Uni et la France se préparent militairement pour ne pas laisser impuni l’attaque à l’arme chimique du régime. L’intervention avec ou sans mandat de l’ONU semble être imminente. La communauté internationale attend une déclaration officielle.

En face, le régime syrien se dit prêt à riposter contre toute attaque. « Nous avons des moyens de défense qui vont surprendre les autres » avait déclaré le 27 août le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem.