À peine quelques jours seulement après le gel de la grève par le SNAP, les postiers menacent d’ores et déjà de revenir à la charge. Ils accusent leur direction d’exercer des pressions sur eux.

«Dans un autre défi, la direction générale d’Algérie Poste a versé la deuxième tranche de l’effet rétroactif de 2008 au bénéfice de 32 000 travailleurs d’une façon anarchique. Plusieurs d’entre eux ont été privés de cette deuxième tranche alors que d’autres employés récemment embauchés se sont vu accordé ce rappel», peut-on lire dans un communiqué du SNAP.

La même source précise « qu’un grand nombre de retraités, de ceux qui sont décédés, de ceux qui sont en congés maladie et toute personne ayant interrompu sa relation de travail avec Algérie Poste durant le mois de Juin 2013 ainsi que ceux qui ont travaillé durant la période allant de 2008 à 2011, ont été surpris du non-versement de l’intégralité de cet effet rétroactif. »

Dans ce cadre, le Syndicat national autonome des postiers précise dans son communiqué que « des pressions sont toujours exercées sur les travailleurs et ce, en dépit du fait qu’il a annoncé le gel de la grève, et de la déclaration du ministre de tutelle allant dans le sens d’une annulation de toutes les poursuites et des sanctions ».

Pour étayer ses propos le SNAP ajoute que, « des dizaines de travailleurs au niveau des wilaya de Boumerdès et d’Alger ont été surpris par des arrêts de travail ou des sanctions disciplinaires, alors que des dizaines d’autres sont poursuivis par le tribunal Abane-Ramdane d’Alger ».

Par ailleurs, le SNAP lance un appel «pressant » au ministre de tutelle en le priant d’intervenir personnellement pour mettre un terme à ces pratiques.

Le communiqué précise également que « le SNAP a convoqué son conseil national pour une réunion d’urgence qui aura lieu dans les prochains jours, pour évaluer la situation et débattre des mesures à prendre en réaction aux pratiques de la direction générale. Il précise que le retour au mouvement de contestation dans l’avenir proche reste probable ».

Ainsi, ce syndicat autonome appelle la direction à ouvrir la porte du dialogue car étant le seule à pouvoir mettre un terme à la crise qui prévaut à Algérie Poste et débattre de toutes les revendications des travailleurs.

Lu sur Le Courrier d’Algérie

Notez cet article