Les services de renseignements américain espionnent « presque tout ce qu’un utilisateur moyen fait sur internet » grâce à un programme secret de surveillance : XKeyscore. C’est ce qu’a révélé ce mercredi le quotidien britannique The Guardian.

L’existence d’un tel outil n’était pas inconnue, mais on ne connaissait pas les détails de son fonctionnement, de sa capacité et de sa portée. Les informations dévoilées par The Guardian se basent sur des documents qui auraient été fournis par Edward Snowden. Le fameux informaticien, ancien consultant de l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA), est actuellement poursuivi aux Etats-Unis pour espionnage.

Le programme « XKeyscore » permet une très large surveillance d’internet. Cet outil donne la possibilité d’accéder à des échanges de mails, aux noms des destinataires et de ceux mis en copie, de lire des messages privés  sur facebook, d’accéder à des fichiers stockés sur internet ou encore de retrouver l’historique de navigation et de recherche d’un utilisateur.

La Présentation de Xkeyscore (Crédit : LeMonde.fr)

Comment peut-on utiliser ce programme ? Apparemment, XKeyscore est très simple d’utilisation. Le quotidien britannique explique qu’il suffit à un agent de la NSA de justifier de manière plus ou moins précise sa recherche en remplissant un formulaire sur son écran. Il n’y a pas de contrôle hiérarchique ou judiciaire. Ensuite, l’agent évolue sur un interface très simple d’utilisation. Il fait alors une recherche au sein du corpus de données collectées par la NSA. Et celle-ci peut être très précise. Par exemple, on découvre dans la présentation de XKeyscore que cet outil peut répondre à des demandes telles que « montre-moi tous les fournisseurs de réseaux privés virtuels dans un pays X et affiche les données afin que je puisse déchiffrer et en découvrir les utilisateurs », et de trouver le ou les utilisateurs parlant allemand et se trouvant actuellement au Pakistan ou tous les documents mentionnant Oussama Ben Laden.

XKeyscore semble donc principalement utilisé pour la traque de terroristes sur internet. Un objectif en tout cas revendiqué par le document de présentation qui affirme que le programme aurait permis d’arrêter 300 terroristes.

A la suite de l’article du Guardian, la NSA a envoyé un communiqué au journal pour se justifier. « Les allégations d’un accès généralisé et sans contrôle des analystes à toutes les données récoltées par la NSA sont simplement fausses. L’accès à XKeyscore est limité aux personnels qui en ont besoin dans le cadre de leur mission », précise-t-elle.

Lisez l’article du Guardian dans son intégralité pour connaître tous les détails de XKeyscore