Lu sur Jeune Afrique

Le français Sanofi a annoncé le 26 septembre le début des travaux de construction de son nouveau site industriel de Sidi Abdellah, en Algérie. Un investissement de près de 70 millions d’euros.

Le groupe français Sanofi, leader mondial sur le marché de la santé, a annoncé le 26 septembre le début des travaux de construction de l’usine de Sidi Abdellah, à 220 kilomètres au sud-ouest d’Alger, pour un montant de 70 millions d’euros. L’usine sera le plus grand site industriel du groupe en Afrique.

Sanofi et le ministre Algérien de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, ont également signé un protocole d’accord portant sur leur intention de conclure, avant le 31 décembre 2013, un contrat pour améliorer le dépistage et la prise en charge de l’hypertension artérielle, du diabète et de l’hyperlipémie et l’évaluation de leurs facteurs de risque communs, ainsi que la surveillance de la grippe. Son objectif sera de favoriser le développement d’actions de sensibilisation, de dépistage et d’éducation thérapeutique des populations algériennes, grâce à l’appui d’une unité clinique mobile médicalisée, et de contribuer à la formation des professionnels de santé.

Le site industriel sera construit sur une superficie de 6,6 hectares au sein du pôle pharmaceutique et biotechnologique de Sidi Abdellah et abritera également un centre de distribution. Il devrait avoir capacité de production et de distribution de 100 millions d’unités par an, soit environ 80 % des volumes distribués par Sanofi en Algérie. Le site devrait par ailleurs créer 133 emplois qualifiés. La mise en exploitation est prévue pour 2017.

Avec deux usines de production, à Aïn Benian et à Oued Smar, Sanofi est présent en Algérie depuis plus de 20 ans et est leader du marché pharmaceutique. Le groupe, qui est présent dans dix pays africains, a réalisé un chiffre d’affaires de près de 35 milliards d’euros en 2012.

Notez cet article