Le métro d’Alger sera relié à d’autres localités plus éloignées. Il pourra aller jusqu’à Sidi Moussa à l’Est et Zeralda à l’Ouest. C’est ce qu’a indiqué, hier, le Ministre des transports, Amar Ghoul, qui a indiqué que des études pour de nouvelles extensions du métro d’Alger vont être lancées prochainement.

Le prochain métro devrait s’étendre sur 54 kilomètre d’ici 20 ans alors qu’il est de 9,5 kilomètres seulement actuellement. Mis en exploitation au mois de novembre de l’année 2011, le métro d’Alger relie, aujourd’hui, la Grande poste, à Alger centre, à Hai El Badr, à Kouba. Des extensions, à l’Est vers Bachdjarrah et El Harrach, et à l’Ouest vers la place des martyrs, sont actuellement en train d’être réalisées. Les travaux devraient être achevés en 2017.

Le Ministre a affirmé que des travaux pour une future ligne reliant El Harrach à l’aéroport Houari Boumediene, seront lancés l’année prochaine. Il est utile de rappeler qu’au mois de novembre de l’année dernière, l’EMA, la société qui gère le métro d’Alger avait lancé un appel d’offre national et international pour la réalisation d’études préliminaires relatives aux extensions du métro, à l’Est, d’El-Harrach centre vers Bab Ezzouar, Ain Naâdja et Baraki, et à l’Ouest, de la place des Martyrs vers Bab El Oued et Chevalley. Par ailleurs, au mois de mars dernier, l’EMA a attribué le marché relatif à la réalisation d’études similaires pour des extensions reliant Chevalley à Draria en passant par Dely Ibrahim, Chéraga, Ouled Fayet et El Achour, a été attribué à une société portugaise. Le Ministre réfléchit donc actuellement à étendre ce moyen de transport, à l’Ouest d’Alger, une région qui n’a pas bénéficié jusque là de nouveaux projets de transport, jusqu’à Zeralda en passant par Ain Benian et Staoueli. Une nouvelle qui fera certainement plaisir aux habitants de cette région même si, concrètement, et dans le cas où le projet est mis en application, il ne sera pas mis en place avant des années.

Elyas Nour