Le remaniement ministériel opéré par Abdelaziz Bouteflika suscite toujours des commentaires. Mais un fait n’a pas souvent été abordé ; il s’agit de l’arrivée de nouveaux ministres au sein du gouvernement de Abdelmalek Sellal.

Mais qui sont ces nouveaux ministres qui meubleront le gouvernement lors des prochains mois ? Première remarque : la moitié des nouveaux arrivés sont issus du corps des walis. C’est le cas de Abdelmalek Boudiaf, wali d’Oran, qui devient ministre de la Santé en remplacement de Abdelaziz Ziari, écarté pour notamment les affaires internes au FLN. Le second est le désormais ex-walis de Tlemcen, Abdelouahab Nouri qui devient ministre de l’Agriculture, en remplacent d’un autre cadre du FLN, Rachid Benaïssa. Ce natif de Batna, qui a fait carrière dans le corps des walis, s’est distingué par sa polémique avec la ministre de la Culture, Khalida Toumi, lors que Tlemcen avait organisé l’année de la Culture Islamique. L’ancien wali avait toujours contesté les montants du ministère.

Le plus en vue des nouveaux ministres est celui qui est en charge des Affaires Etrangères. Remtane Lamamra, natif de Béjaïa, est diplomate chevronné. Plusieurs fois ambassadeur, Lamamra était secrétaire général du ministère des Affaires Etrangères, avant de devenir envoyé spécial des Nations-Unies, puis deux fois commissaire de l’union africaine pour la Paix, en remplacement d’un autre algérien, Saïd Djinnit.

Deux autres walis intègrent le gouvernement. Il s’agit de l’ancien wali de Sétif, Nouredine Bedoui et de celui de Constantine, Farouk Chiali.

Quand à Abdelmadjid Bouguerra, nommé ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, il est diplomate de carrière. Il occupe actuellement le poste d’ambassadeur à Berlin.

Essaïd Wakli

Notez cet article