PORTRAIT. Avec Zohra Derdouri, les Télécoms se dotent d’une femme de caractère

0
536

Dans cette valse des nouveaux ministres, une seule femme fait son entrée : Zohra Derdouri, en charge de la Poste et des technologies de l’information et de la communication. Elle est l’inconnue du bataillon de nouveaux entrants.

Peu de femmes figurent autour de la table du Conseil des ministres. Mais celle qui s’apprête à s’y installer est du genre à ne pas avoir sa langue dans sa poche. Zohra Derdouri remplace Moussa Benhamadi au ministère de la Poste et des technologies de l’information et de la communication. Elle quitte donc la fonction de présidente de l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) où elle a gagné sa réputation de femme de caractère.

Zohra Derdouri est titulaire d’un magistère en informatique de l’Université des Sciences et des Technologies Houari Boumediene. Durant sa carrière, elle assume de nombreux postes comme celui d’enseignante, gestionnaire et chercheur. En mai 2008, elle est nommée à la tête de l’ARPT, d’où elle n’hésite pas à sermonner les acteurs du secteur. Comme en 2011, dans une interview à l’IT Mag :

Il vaut mieux avoir peu d’opérateurs professionnels, performants, qu’une multitude d’opérateurs qui grignotent ou qui font semblant de travailler professionnellement.

Nous connaissons les opérateurs bien plus qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.

Des mois durant, Zohra Derdouri s’engage dans une lutte de pouvoir avec son prédécesseur. Elle s’oppose à Moussa Benhamadi lors de l’imbroglio autour du cahier des charges du projet de loi sur les télécommunications, estimant que le rôle de l’ARPT est minimisé.

En février dernier, rebelote : dans un accès de colère, elle quitte précipitamment l’hémicycle de l’APN, l’Assemblée Populaire Nationale, lors d’une journée d’études consacrée à cette même loi. Soulignant des anomalies, l’ex-présidente de l’ARPT refuse de se laisser faire, et a signifie son mécontentement à voix haute et à maintes reprises.

Les observateurs politiques les plus avisés pressentaient déjà que les tensions entre Zohra Derdouri et Moussa Benhamadi cachaient  en réalité une bataille politique en prévision d’un remaniement ministériel de la rentrée. Et c’est finalement Zohra Derdouri qui a obtenu le dernier mot. Elle obtient pour la première fois un portefeuille ministériel à la faveur du remaniement gouvernemental.

Mis à part ses responsabilités au sein de l’ARPT, son expérience en politique reste restreinte. Des différentes casquettes qu’elle a porté, aucune ne l’a amenée jusqu’ici à occuper un rôle important au sein de l’Etat. Il ne lui reste plus qu’à faire ses preuves. Sur des dossiers aussi épineux que le paiement électronique, le haut débit, la 3G, et la protection des données personnelles. Profil à suivre …