Il faudra attendre 2020 pour que la 3G soit généralisée aux 48 wilayas de l’Algérie pour les trois opérateurs. C’est la conséquence du choix fait par l’ARPT d’accorder des zones de couverture différentes à chaque opérateur. La solution d’un « roaming national » peut être envisagée. Explications. 

En Algérie, les trois opérateurs de téléphonie mobile, Mobilis, Djezzy et Nedjma, subiront prochainement une évaluation historique en vue de l’acquisition des licences d’exploitation du haut débit mobile de type UMTS (3G). Cette évaluation qui sera assurée par une commission pilotée par l’ARPT, est dictée par l’épineuse problématique de l’allocation des canaux des fréquences aux trois opérateurs. Elle sera couronnée, avant la fin du mois d’octobre, par l’établissement d’un classement des meilleures soumissions. Selon les spécialistes du secteur, le départage des opérateurs sera difficile en raison de la rareté des ressources fréquentielles de la 3G contenue dans le spectre. La demande dépasse ainsi l’offre.

La solution ainsi trouvée par les rédacteurs du cahier de charge est inédite dans les annales de l’attribution d’une licence de téléphonie mobile de 3e génération (3G). En effet, selon ce choix, les canaux fréquentiels de chaque wilaya seront distribués en ilots séparés. Ainsi, durant la première année de la phase de déploiement des premières stations BTS, les opérateurs vont se disputer les canaux du premier groupe composé de quatre wilayas : Alger, Oran, Constantine et Ouargla. La couverture des wilayas restantes sera achevée d’ici trois ans. En clair, dans une première phase, chaque opérateur recevra l’autorisation d’utiliser commercialement la fréquence 3G d’une wilaya sur trois. Décryptage, le service mobile 3G d’un opérateur A sera disponible sur une wilaya en l’absence de celui des deux autres opérateurs. Le choix d’attribution des wilayas sera fait selon la méthode de la soumission comparative. L’opérateur le mieux classé aura le privilège de choisir les wilayas à forte densité urbaine.

La généralisation des canaux fréquentiels de chaque wilaya aux trois opérateurs se fera d’ici l’an 2020 ! D’ici là, les opérateurs vont se lancer alors dans une compétition acharnée pour couvrir 80% de la population. Ainsi, il faudra sept ans pour généraliser la 3G aux 48 wilayas du territoire national. Des interrogations peuvent être émises sur ce délai, jugé trop long par les observateurs. Parmi eux, certains pensent que l’installation des antennes appelées Node B et des contrôleurs nommé RNC aux côtés des BTS 2G déjà déployés ne devrait pas prendre tout ce temps.

Lire la suite sur le Quotidien d’Oran