Frontière Tunisie Chaambi

L’annonce a été faite à Oran à l’ouverture du séminaire régional par le directeur général algérien de la sûreté nationale, le général Abdelghani Hamel, qui veut lutter contre le terrorisme.

La collaboration sécuritaire entre l’Algérie et la Tunisie devrait s’intensifier plus encore. Alors qu’Abdelaziz Bouteflika a reçu ce mardi le chef du parti islamiste majoritaire, le directeur général algérien de la sûreté nationale veut pour sa part former les officiers tunisiens pour lutter contre le terrorisme.

La proposition a été faite à l’ouverture de la 22e session du séminaire régional africain qui se déroule à Oran. Abdelghani Hamel a proposé de former des officiers tunisiens et libyens, d’échanger des renseignements de sécurité et de sécuriser la zone frontalière comme le rapport le site tunisien BusinessNews.

Le général Abdelghani Hamel a expliqué que la situation sécuritaire exige une étroite coopération entre les pays qui se situent sous la bannière de la police internationale Interpol. Le responsable a lié les problématiques de contrebande, de trafic d’armes, de la corruption et de blanchiment d’argent, appelant à lutter de front contre tous ces fléaux.

Depuis l’assassinat de Mohamed Brahmi en Tunisie, et la fusillade entre terroristes et militaires au centre du pays, l’Algérie prête forte à notre voisin tunisien dans sa lutte sécuritaire. Ainsi, Alger a positionné des milliers de soldats tout au long du tracé frontalier.

Notez cet article