ministere-finance-algerie

Alors que le projet de loi de finances 2014, dit PLF 2014, est examiné depuis ce lundi par l'Assemblée Nationale Populaire, Algérie-Focus.com est allée plonger son nez dans le détail du budget ministère par ministère. Bilan.

Cette année, le PLF 2014 mise sur deux objectifs : l'investissement et la production nationale. Tout un train de mesures devrait être adopté pour atteindre ce dessein, dans un contexte marqué par le ralentissement de la croissance et l'aggravation du déficit budgétaire.

Advertisement

Malgré tout, les crédits alloués aux ministères restent élevés : 4714,4 milliards de DA l'an prochain, dont 470 milliards de charges communes aux 31 administrations. Toutes ne sont d'ailleurs pas logées à la même enseigne, puisque certains ministères dévorent plus d'un cinquième des ressources, quand d'autres ne récoltent que des miettes. La preuve en un graphique :

Budget ministère par ministère en 2014 - Algérie : le top 10 des ministères les plus riches en 2014
Cliquer sur la photo pour agrandir

La répartition des crédits permet de classifier les ministères en fonction de la priorité budgétaire qui leur est donnée. Ce qui donne ce top 10.

1. La Défense nationale

Ahmed Gaïd Salah est un ministre riche ! Avec 955.926.000.000 DA, soit près de 956 milliards de DA, la Défense nationale est le ministère qui dispose du plus de budget. Cette somme représente à elle seule 23% des crédits alloués aux ministres.

2. L'Education nationale

Tout droit sortie d'une grève de deux semaines, l'école se voit affecter le deuxième budget de l'Etat. En 2014, ce sont 697 milliards de DA qui seront consacrés à l'instruction.

3. Intérieur et Collectivités Locales

Le remplacement de Daho Ould Kablia par Tayeb Belaiz n'aura rien changé au fait que le ministère de l'Intérieur demeure l'un des mastodontes du budget de l'Etat. Avec plus de 540 milliards de DA, l'Intérieur absorbe 13% de l'enveloppe des ministères.

4. Santé et Réforme hospitalière

Il est à n'en pas douter l'un des grands gagnants du PLF 2014 : Abdelmalek Boudiaf voit son ministère gagner 60 milliards de DA de crédit en un an ! La Santé est ainsi le quatrième poste de dépense avec 366 milliards de DA à dépenser en 2014.

5. Travail, Emploi et Sécurité Sociale

Alors que le FMI table sur un taux de chômage en baisse l'an prochain, à 9,8% de la population active, le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale décroche le cinquième budget de l'Etat, soit 274 milliards de DA.

6. Enseignement supérieur

Avec ses près de 2 millions d'étudiants, l'enseignement supérieur représente 6% des dépenses des ministères. Son budget en 2014 sera de plus de 270 milliards de DA.

7. Moudjahidine

Mohamed Cherif Abbes, en charge des Moudjahidine, s'en sort bien ! Avec plus de 241 milliards alloués en 2014, il voit le budget de son ministère augmenter de 20 milliards.

8. Agriculture

Lui aussi voit son budget augmenter, de plus de 17 milliards de DA : Abdelouahab Nouri, ancien wali désormais ministre de l'Agriculture, dispose de 233 milliards de DA pour mener à bien sa politique en 2014.

 9. Famille et Solidarité

Dans le top 10 des ministères les plus riches, celui de la Famille et de la Solidarité figure à la neuvième place avec plus de 135 milliards de DA de crédits pour l'année prochaine.

10. Finances

Dernier du top 10, Karim Djoudi se voit accordé cette année 87,5 milliards de DA en tant que ministre des Finances. Son administration est mieux lotie que les 21 autres comme la Justice, l'Eau, l'Energie, les Affaires Etrangères, les Affaires Religieuses, les Transports, etc.

La hiérarchie des ministères les plus gourmands en crédits n'a pas bougé d'un iota entre 2013 et 2014. Ainsi, ce sont les mêmes que l'on retrouve cette année dans le Top 10, et dans le même ordre.

Autres chiffres notables : les crédits de la Présidence et du Premier ministre. Pour 2014, El Mouradia dispose d'une enveloppe de 9,4 milliards de DA soit 0,22% des dépenses. Une proportion en recul par rapport à 2013. Idem pour le Premier ministère qui figure à la 28eme place du classement. Le plafond de dépenses autorisé pour 2014 est de 2,7 milliards de DA. 0,06% du total alloué aux ministères.