Le Ministère de la défense nationale va probablement déposer une plainte contre le quotidien arabophone El Khabar pour la chronique “Point d’ordre”, signée vendredi par Saad Bouakba et consacrée à l’institution militaire entre autre.

Vendredi 18 octobre, l’institution militaire algérienne a rendu public via l’agence officielle APS un communiqué dans lequel elle s’indigne contre “la campagne tendancieuse menée par certaines plumes contre l’institution militaire ces derniers temps”. Le Ministère de la défense s’interroge aussi “sur les motifs d’une telle entreprise tout en condamnant ces méthodes médiatiques immorales”.

Advertisement

Rappelons que la chronique en question, sous le titre “Avons-nous  besoin d’une expertise internationale pour organiser des funérailles?” traitait d’une dépêche APS, publiée le 14 octobre dernier, relative à une rencontre entre le président Bouteflika et le vice-ministre de la défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’armée Ahmed Gaïd  Salah. “Au cours de l’audience, le vice-ministre de la Défense nationale a fait  un compte-rendu au président de la République sur les activités de la délégation politique et militaire algérienne, chargée par le chef de l’Etat d’assister aux obsèques du général Giap qui se sont déroulées samedi dernier à Hanoï (Vietnam)”, lit-on dans cette dépêche.

Et c’est sur ce point précis qu’attaque l’éditorialiste du El Khabar, Saad Bouakba. Celui-ci se demande s’il n’y a pas de questions politiques, sécuritaires et économiques plus urgentes à traiter que les obsèques du défunt général Giap. Bouakba évoque, entre autre, la mauvaise communication de la Présidence et du Ministère de la défense. Il estime également mal venu le fait de médiatiser la promotion d’un officier de l’armée qui a été pris en flagrant délit de “sieste” lors d’une réunion entre hauts officiers en Turquie. Pour le journaliste, il serait plus judicieux d’”importer” une expertise en matière de lutte anti-terroriste par exemple que de s’attarder sur des obsèques. La chronique a apparemment déplu au Ministère de la défense qui “se réserve le droit de poursuites judiciaires”, ajoute-t-on dans le même communiqué.

Elyas Nour