La sécurité sur le site de Tiguentourine est assurée par les unités de l’armée et les services algériens seulement, a affirmé mardi 29 octobre à Alger le PDG de Sonatrach Abdelhamid Zerguine.

Le PDG de Sonatrach Abdelhamed Zerguine a tordu le cou aux informations rapportées par la presse nationale selon lesquelles des « mercenaires » étrangers contribuent à la sécurisation du complexe gazier de Tiguentourine, lors d’un point presse mardi 29 octobre à Alger. « La sécurité de tous les sites pétroliers, y compris ceux détenus en partenariat, est garantie par les autorités sécuritaires du pays », a déclaré mardi Abdelhamid Zerguine à la presse en marge de la signature d’un contrat gazier avec un groupement international. La présence de groupes énergétiques étrangers « relèvent des unités de l’armée et des services de sécurité algérien », a souligné le PDG de Sonatrach.

34 expatriés revenus à Tiguentourine

Un grand quotidien national a évoqué mardi  la volonté de BP de recourir à des « mercenaires pour la protection des installations de Tiguentourine et In Salah », deux sites gaziers que BP gère conjointement avec la Sonatrach et le norvégien Statoil. Le patron de Sonatrach est monté au créneau. L’entreprise britannique peut faire appel à des consultants étrangers, ce qui n’est pas interdit, mais il ne s’agit en rien de mercenaires, s’est-il défendu.

Le dirigeant de Sonatrach a annoncé par ailleurs le retour progressif des expatriés de BP et Statoil qui ont quitté l’Algérie après l’attaque terroriste du site gazier de Tiguentourine, perpétrée en janvier dernier. 34 travailleurs étrangers sont déjà revenus sur le site de Tiguentourine, a indiqué Abdelhamid Zerguine.

Notez cet article