Les investissements déclarés en Algérie, ont plus que doublé durant le premier semestre 2013, pour atteindre 856,7 milliards de DA (11,2 milliards de dollars) contre 411,6 milliards de DA à la même période en 2012, en hausse de 108 %, a annoncé lundi l’ANDI, qui explique cette performance notamment par « la nette amélioration » du climat des affaires en Algérie.

Le nombre de projets d’investissement déclarés durant ce semestre a enregistré une hausse de 14 %, soit 4 756 projets contre 4 183 projets à la même période de 2012, selon un bilan de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) obtenu par l’APS.

Les nouveaux projets déclarés prévoient la création de 75 075 emplois, contre 45 503 emplois à la même période de référence, soit une augmentation de 65 %, note encore l’ANDI.

Cette « sensible » amélioration des investissements, s’explique notamment par une amélioration du climat des affaires suite au différentes mesures d’incitations et d’encouragement à l’investissement et aux porteurs de projets prises par les pouvoirs publics, notamment, dans les régions des Haut Plateaux et du Sud, a indiqué à l’APS M. Abdelkrim Mansouri, directeur général de l’ANDI.

Les mesures de débureaucratisation de l’acte d’investissement prises par le Premier ministre, le redynamisation du rôle des CALPIREF, le plan de développement des entreprises publiques ainsi que les rencontres de vulgarisation organisées dans une trentaine de wilayas ont aussi contribué à cette performance, explique M. Mansouri.

NETTE AMÉLIORATION DES INVESTISSEMENTS EN PARTENARIAT

Les investissements locaux qui représentent 90 % de l’investissement global, s’élèvent à 4 725 projets au 1er semestre 2013 (+13 %) pour une valeur de 628,25 milliards de DA (+67 %) et devraient générer 67 690 emplois (+58 %).

Le montant des investissements déclarés en partenariat (avec des étrangers) durant les six premiers mois de l’année 2013, a atteint 228,46 milliards de DA (plus de 3 milliards de dollars), contre 35,8 milliards de DA à la même période de l’année dernière, soit une très forte hausse de 538 %, indique l’agence.

Les projets d’investissement en partenariat déclarés durant cette période de comparaison ont également augmenté de 244 % passant de 9 à 31 projets, devant générer 7.385 emplois (+190 %).

En terme de nombre de projets, l’ANDI relève une prédominance du secteur du Transport qui enregistre 2 264 projets, suivi du BTPH (924 projets), l’Industrie (825), les Services (547), l’Agriculture (85), et le Tourisme (68) et enfin la Santé avec 43 projets.

PLUS DE LA MOITIÉ DANS INVESTISSEMENTS VONT À L’INDUSTRIE

S’agissant des montants à investir, c’est le secteur de l’Industrie qui domine avec 436,45 milliards de DA, soit 50,95 % du montant global, suivi par les Services (158,94 milliards DA), le Tourisme (110,22 milliards DA), le BTPH (82,06 milliards DA), le Transport (48,23 milliards DA), l’Agriculture (12,57 milliards DA) et la Santé avec 8,20 milliards de DA.

En terme d’emplois, l’Industrie reste le secteur le plus pourvoyeur avec 30 192 emplois, soit plus de 40 % des postes d’emplois créés, suivi par le BTPH (19 219 emplois), les Services (9 222), le Transport (8 594), le Tourisme (5 621) et l’Agriculture (1 281) et enfin la Santé avec 875 emplois.

Par région, c’est le Nord qui polarise le plus d’investissements avec 3 167 projets totalisant 624,27 milliards de DA devant générer 50 168 emplois, suivi les Hauts Plateaux qui ont attiré 902 projets pour une valeur de 102,25 milliards DA et 14 679 emplois. La région Sud, quant à elle, a enregistré 689 projets totalisant 130,41 milliards de DA et devant aider à la création de 10 228 emplois, note encore l’agence.

Il est à rappeler que le nouveau dispositif d’investissement octroie en plus des avantages fiscaux et parafiscaux, tels que l’exonération de l’IBS et de la TAP pour une durée de 10 ans, d’autres avantages touchant le foncier économique notamment la concession au dinar symbolique et des réductions importantes de la redevance locative.

A cet effet, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait instruit en juin dernier, les walis lors d’une rencontre à Alger en vue d’accorder une attention particulière aux dossiers d’investissements examinés par les CALPIREF (Comités d’assistance pour la localisation, la promotion de l’investissement et la régulation du foncier), présidés par les walis.

Il a, ainsi, insisté sur un réel accompagnement de l’administration des dossiers d’investissement et d’oeuvrer à faciliter la mise en oeuvre des projets tout en levant les obstacles à travers l’allègement des procédures et la réduction du temps de traitement des dossiers.

Les décisions qui vont être prises pour relancer davantage l’investissement, lors de la prochaine tripartite (gouvernement-patronat-syndicat) prévue jeudi prochain, ainsi que les mesures inscrites dans le projet de la loi de finances 2014, sont de nature à booster certainement les investissements à l’avenir en Algérie, assure encore M. Mansouri.

Lu sur Les Débats