Lu sur Le Soir d’Algérie

Qui a donné l’ordre de supprimer les sièges du stade du 5-Juillet d’Alger ? La question semble saugrenue d’autant que cette enceinte sportive a vu, il y a quelques jours, le décès de deux supporters lors de la rencontre derby entre le MCA et l’USMA.

Pourtant, des voix commencent à se faire entendre pour évoquer une grave négligence pour assouvir les intérêts de hauts responsables du secteur de la jeunesse et des sports.

En effet, on croit savoir que l’ex-directeur de l’Office du complexe olympique du 5-Juillet avait été saisi par une haute personnalité du ministère de la Jeunesse et des Sports pour supprimer les sièges en matière plastique qui garnissaient les gradins du stade.

Motif évoqué, ces derniers étaient régulièrement arrachés par les supporters et utilisés ensuite comme arme de protestation. A première vue, cela répondait à une exigence de sécurité. Mais la suite de cette affaire va réserver bien des surprises.

En effet, les chaises enlevées des gradins, se posait alors un sérieux problème : comment retirer les supports de ces chaises qui étaient rivées au béton ? Le premier responsable de l’OCO de l’époque tente d’expliquer à ce haut responsable du MJS que les lois FIFA exigent l’installation de chaises, donc de places individuelles, pour quantifier le nombre de supporters présents au stade et ce, pour des raisons de sécurité.

Du côté du ministère, on reste sourd par rapport à cet argument et on exige à ce que les chaises disparaissent de l’enceinte du 5- Juillet. Mais au moment de passer à la phase pratique de cette opération, on constate très vite que s’il était relativement aisé d’enlever les chaises en plastique, par contre, les supports métalliques posaient, quant à eux, un sérieux problème.

Difficile de les arracher de la structure en béton sans utilisation de gros moyens à l’exemple d’un marteau-piqueur. Cet argument du responsable de l’OCO est balayé d’un revers de la main par ce haut responsable du ministère : «C’est un ordre, enlevez-moi tout ça. De toute manière, nous allons très vite remplacer ces chaises par d’autres.» Quelle est donc cette entreprise qui allait remporter le marché ? Le marteau-piqueur a fait son oeuvre. Il reste maintenant à savoir si cela n’a pas participé directement à affaiblir la structure béton de la tribune.