Yad Vashem

La famille du 1er arabe « Juste parmi les nations » rejette à titre posthume la récompense du mémorial de Yad Vashem.

Connaissez-vous les « Juste parmi les nations » ? Ce titre, qui constitue la plus haute distinction honorifique délivrée par Israël à des civils, récompense ceux qui ont mis leur vie en danger pour sauver des Juifs, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le décompte au 1er janvier 2012 recense 24.355 Justes répartis sur 46 pays.

Parmi eux, Mohamed Helmy, un physicien égyptien, récemment reconnu à titre posthume comme le premier Arabe « Juste parmi les nations. » Une distinction qu’il ne portera néanmoins jamais puisque sa famille vient de refuser la distinction de Yad Vashem, le mémorial de la Shoah en Israël, pour des raisons politiques.

« Si un autre pays avait décidé d’honorer Helmy, nous aurions été contents » a déclaré Mervat Hassan, un membre de la famille du défunt à l’agence Associated Press, en expliquant qu’elle n’était pas intéressée par la récompense en raison des « relations hostiles entre l’Egypte et Israël  ». Mervat Hassan a ajouté : « Je respecte le judaïsme en tant que religion ainsi que les Juifs. L’Islam reconnaît le judaïsme comme une religion du Livre. »

Le musée Yad Vashem avait pourtant entrepris de longues recherches pour retrouver la famille de Mohamed Helmy, afin de lui remettre le prix en mains propres lors de la cérémonie des  « Juste parmi les nations. »

Le Dr Helmy, né à Khartoum en 1901 de parents égyptiens et décédé en 1982 à Berlin, a reçu la récompense pour avoir sauvé une famille juive pendant la Seconde guerre mondiale.

Après avoir migré en Allemagne en 1922 pour étudier la médecine, Mohamed Helmy s’est prononcé contre la politique nazie et a risqué sa vie en sauvant notamment une jeune fille âgée de 21 ans, Anna Boros – renommée Gutman après la guerre – qu’il a cachée. Helmy a également aidé la mère d’Anna Gutman, son beau-père Georg Wehr et sa grand-mère Cecilie Rudnik.

Notez cet article