Rien n’a été décidé pour l’instant, concernant le déplacement des supporters des Verts vers le Brésil, à l’occasion de la Coupe du Monde de football que ce pays accueillera durant l’été prochain. C’est ce qu’a indiqué, aujourd’hui, Tahar Sahri, le directeur de Touring Voyages Algérie (TVA), dans une déclaration faite à l’APS. Celui-ci a ajouté que les tarifs «révélés» dans certains médias ne reposent sur aucune information fiable.

Tout sera décidé après le tirage au sort qui sera effectué au Brésil le 6 décembre prochain. Il est utile de rappeler que certains titres de la presse nationale ont commencé déjà à s’intéresser au coût d’un tel déplacement. Certains ont avancé la somme de 10 millions de centimes. «Rien n’a été décidé pour le moment au niveau de TVA à propos du déplacement de nos supporters au Brésil. Les modalités seront fixées à l’issue du tirage au sort du 6 décembre, au cours duquel les villes où jouera l’équipe nationale seront connues. En plus, c’est à partir de l’appel des pouvoirs publics, que nous pourrons agir et avoir une idée claire», a-t-il déclaré à l’agence officielle.

En somme, tant que la sélection ne sait pas où elle jouera, aucune estimation ne peut être faite. Cela dépendra donc de la ville et du nombre de déplacements, à l’intérieur du Brésil, que l’équipe fera. En Afrique du Sud, en 2010, les Verts avaient joué leurs trois matchs du premier tour dans trois villes différentes et éloignées entre elles. Ce qui représenterait éventuellement un coût supplémentaire. C’est le TVA, un «tour operator» public, qui est en général sollicité par les autorités pour prendre en charge le déplacement des supporters. «Ce qui a été rapporté dans la presse nationale, à propos du coût du déplacement, est de la pure spéculation. J’ai lu des sommes allant de 100 000 dinars à 500 000 dinars, mais rien n’a été décidé. A titre d’exemple, si l’équipe nationale jouera à Rio de Janeiro, le tarif risque d’être élevé, car cette ville est réputée par la cherté de la vie», a encore ajouté Tahar Sahri. En d’autres termes, tous les chiffres avancés jusque là ne sont que de la spéculation. Les autorités avaient exprimé leurs prédispositions à subventionner, ne serait-ce que partiellement, le prix du billet. Certains évoquent même la possibilité de faire le voyage par bateau pour optimiser les dépenses.

Elyas Nour