La 3G en Algérie : mensonge et hypocrisie à très haut débit

0
250

Les Algériens sont, une nouvelle fois, victimes d’une stratégie politique pitoyable qui distille, à l’envie, l’idée que le pays serait prochainement raccordé au haut débit, et donc  à la modernité en matière de télécommunications, grâce au lancement de la 3G. Un nouveau mensonge qui n’est qu’un simple fruit d’une promesse politique fondée sur une odieuse hypocrisie. L’objectif n’était donc que de fournir un énième espoir à ces Algériens assoiffés de progrès. La promesse a donc tenu en haleine l’opinion publique algérienne pendant des mois entiers.

Les Algériens attendaient avec impatience le lancement de cette nouvelle technologie qui commence à devenir désuète sous d’autres cieux puisqu’elle est d’ores et déjà remplacée par la 4G. On nous a promis ainsi que le 1er décembre, nous les Algériens, pauvre peuple qui rêve de lendemains enchanteurs en dépit de la médiocrité ambiante de ses dirigeants,  nous allons enfin jouir d’une connexion internet digne de ce nom pour pouvoir échanger avec le reste du monde. Mais, au final, rien de cela n’est vrai. Le lancement de la 3G, il sera encore reporté. Pourquoi et comment ? On n’y comprend plus rien. Officiellement, la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Zohra Derdouri, vient d’expliquer que « la téléphonie mobile 3G+ ne pourra être lancée qu’une fois le décret exécutif d’octroi de la licence signé et notifié aux trois opérateurs « . Et pourquoi ce fameux décret n’a pas été encore signé et notifié ? Faut-il encore des mois entiers pour la notification d’un simple décret ? Certainement pas puisque les préparatifs du lancement de la 3G datent de plusieurs années. « Lorsque la licence définitive sera notifiée, l’Autorité de régulation de la Poste et des télécommunications (ARPT) demandera aux trois opérateurs de soumettre, dans les plus brefs délais, les offres qu’ils comptent mettre sur le marché », a encore tenté de rassurer la ministre dont le discours ne convainc plus personne en Algérie, pas même les animaux des zoos d’El Hama ou de Ben Aknoun.

Une volonté totalitaire manifeste

Cette comédie burlesque a atteint son comble. A chaque fois, on fait des annonces et les engagements sont rarement honorés. Cette fois-ci, pas de 3G pour le 1er décembre, mais pas de panique, d’ici la fin du mois de décembre, elle sera bel et bien lancée, nous a-t-on encore promis. Bien sûr, nos autorités n’ont honte de rien. Elles n’ont plus honte de nous prendre pour des idiots écervelés, des naïfs dépourvus d’intelligence et d’esprit critique. Il faudra qu’un jour ce mépris cesse. Les Algériens ne sont pas les dindons de la farce. Ils manquent de bon sens, mais pas de neurones. Ils ont certainement compris que tout ce branle-bas de combat médiatique sur l’affaire de la «3G » ne révèle finalement que les calculs politiques malsains de notre régime.

Le haut débit fait peur à notre système. On veut bien la lancer la 3G, mais d’abord il faut tout mettre en place pour la contrôler et l’empêcher de créer des espaces d’expression qui échapperont à la censure et à la surveillance sécuritaire. C’est le même scénario de l’ADSL qui se répète. Longtemps confiée au vieux et impuissant opérateur historique Algérie-Télécom, l’ADSL progresse lentement, très lentement, en Algérie alors que les potentialités de son développement sont énormes. Nous n’avons mêmes pas encore dépassé les 2 millions d’abonnés ADSL dans un pays de 38 millions d’habitants et dont les habitants sont à 75 % des jeunes curieux de la vie et désireux de découvrir le monde.

C’est justement cette curiosité et soif de découverte qui fait peur aussi. Bloquer le taux de pénétration d’internet, ralentir le lancement de la 3G, l’Algérie est parfaitement sous contrôle. Il n’y a pas que la médiocrité d’un régime politique qui explique cette étrange situation de paralysie. Il y a aussi, et surtout, une volonté totalitaire manifeste de conserver le pays dans une prison virtuelle où les défouloirs cybernétiques sont craints et rejetés.

Il faut donc le 4e mandat… 

Il faut donc dire halte au mensonge et à l’hypocrisie. La 3G n’a pas été reportée pour une simple question de décret. L’Algérie n’est pas peuplée d’une horde d’ignorants. De simples tubes digestifs, incapables de prendre en main leur propre destinée et dont  même les élites ne sauraient être que domestiquées, «à-plat-ventristes», foncièrement incompétentes et notoirement corrompues. Voila comment nos autorités nous perçoivent nous les Algériens.  Ils nous privent de la 3G pour nous protéger des soi-disant affres du chaos, de la zizanie, et de toute autre forme d’insécurité. Fort heureusement, la vérité nous la connaissons car demain, si le 4e mandat devient une certitude, nous assisteront miraculeusement au déblocage de la 3G, des logements AADL et tout autre dossier épineux. Le régime est prêt à récompenser notre obséquiosité à condition qu’on fasse taire notre révolte.  Voila pourquoi l’hypocrisie et le mensonge, en Algérie, ils sont érigés en outils de gouvernance…