El Watan Logo

Le débat aurait du avoir lieu ce weekend, organisé par El Watan en plein Alger. Mais le quotidien s’est vu signifier l’interdiction du rassemblement.

Rendez-vous avait été donné samedi à la salle Cosmos de Riadh El Feth pour débattre autour du thème « Statu quo autoritaire – Quel coût pour l’Algérie ». Les spectateurs auraient eu l’occasion d’écouter les avis contradictoires du juriste Mouloud Boumghar, de l’économiste Smail Goumeziane, du politologue Mohammed Hechmaoui et du sociologue Abdelkader Lekjaa. Mais le débat organisé par El Watan n’aura pas lieu. Pas samedi. Peut-être jamais.

Mercredi soir, El Watan a reçu en fin de journée un courrier de l’office Riadh El Feth lui demandant une autorisation de la wilaya d’Alger pour abriter le débat. « Chose impossible à réaliser en 24h, à la veille d’un week end » note El Watan. Le journal affirme avoir réservé la salle dès le 27 octobre dernier.

Aussi, la rédaction soupçonne des instructions fermes adressées aux différents services pour interdire et/ou empêcher la tenue des débats. « C’est la première fois depuis huit ans que le pouvoir décide d’interdir l’organisation des débats d’El Watan » dénonce le site. Sur Twitter, les journalistes et autres lecteurs ont laissé éclater leur colère :

 

Notez cet article