Lu sur Le Temps d’Algérie

Le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, a affirmé hier à Adrar en marge de la visite de travail effectuée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, qu’une commission d’enquête a été constituée pour définir les causes des cas de malaria recensés récemment dans plusieurs régions du pays. «Six cas de malaria ont été enregistrés en Algérie», a indiqué le ministre dans une déclaration rapportée par l’APS, soulignant que «l’enquête sur les causes de contagion se poursuit toujours et ses résultats seront annoncés aujourd’hui». L’Algérie «a pu éradiquer cette maladie contagieuse grâce aux moyens consacrés par l’Etat. Il est difficile de maîtriser cette maladie quand elle provient d’un autre pays», a-t-il noté. Les services épidémiologiques «sont appelés actuellement à redoubler d’effort en matière de prévention contre ce type de maladies», a-t-il dit. Les personnes atteintes «déclarent souvent qu’elles rentrent d’un autre pays», a précisé le ministre.

Des informations parues dans la presse nationale font état de l’apparition du paludisme (appelé également malaria) au retour du Burkina Faso des supporters de l’équipe nationale de football.

Parmi eux, un caméraman de la Télévision algérienne qui a trouvé la mort à l’hôpital Mustapha Pacha, avait rapporté la Télévision publique algérienne.

Un autre décès a également été enregistré à Batna, tandis que six supporters se trouvent sous surveillance sanitaire à Alger. A Ghardaïa, une cellule de crise a même été installée suite à l’enregistrement de vingt autres cas, rapporte un média algérien selon lequel «les supporters n’ont pas pris le vaccin obligatoire avant leur déplacement vers Ouagadougou, malgré sa disponibilité».

De leur côté, les supporters affirment que personne ne leur a exigé leur carnet de vaccin à l’aéroport, a-t-il été rapporté par la presse nationale.Un responsable au ministère de la Santé a affirmé, quant à lui, que des médicaments gratuits contre le paludisme ont été distribués aux supporters mais, selon lui, certains d’entre eux n’ont pas respecté le traitement, a-t-il encore été rapporté par la presse nationale.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que le paludisme est signalé en Algérie. En août 2013, le ministère de la Santé avait annoncé que «38 cas de paludisme, importé» ont été observés dans la wilaya de Tamanrasset au premier semestre 2013.

Notez cet article