Lu sur Liberté

Un gardien de prison et le directeur de l’hebdomadaire français Entrevue ont été condamnés hier à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour la publication de photos de détenus, dont le chanteur algérien Cheb Mami.

Dans son numéro d’octobre 2009, Entrevue avait, dans un article intitulé “Au carré VIP de la prison de la Santé”, publié de nombreuses photos de détenus dans la maison d’arrêt parisienne.

Quatre d’entre elles montraient la star du raï Cheb Mami à visage découvert. Il était incarcéré après sa condamnation à cinq ans de prison pour violences sur son ex-compagne, et tentative d’avortement forcé. Détenu par la suite à Melun, Cheb Mami est sorti de prison fin mars 2011 en vertu d’une libération conditionnelle.  Le magazine diffusait aussi des photos, également à visage découvert, de l’un des geôliers d’Ilan Halimi, jeune juif séquestré et tué en 2006 par le “gang des barbares”. D’autres montraient, visage flouté, deux condamnés dans des affaires de viols.  L’enquête avait permis d’établir qu’un surveillant pénitentiaire, avait proposé à un ancien détenu “d’utiliser des éléments, notamment sur Cheb Mami, pour les proposer à la presse”, selon le tribunal.

Le surveillant s’était ensuite équipé d’une mini-caméra pour réaliser les vidéos dont ont été extraits les clichés litigieux.

Notez cet article