Alger est une ville aimée, chérie et populaire. Du moins sur Facebook. Dans le classement des villes africaines les plus « likées » sur le premier réseau social du monde, Algérie figure en bonne place. Elle occupe le 5e rang. 

Ce classement dressé par Jeune Afrique  nous apprend ainsi qu’Alger est la 5 ville africaine la plus populaire dans le monde sur Facebook. La page officielle de la capitale algérienne attire près de 310 mille fans. Plus d’un million de facebookers ont indiqué qu’ils sont séjourné au moins une fois à « Alger la blanche ».  Malheureusement, force est de constater que cette popularité n’est pas intelligemment exploitée par nos autorités locales. Notre capitale accuse encore un déficit criant en matière d’infrastructures d’hébergement et les hôtels conformes aux normes internationales manquent à l’appel. Les complexes de loisirs et les animateurs culturelles ne reflètent pas aussi la véritable identité de cette ville méditerranéenne où la joie de vivre est célèbrée au quotidien.

Dans ces conditions, les paysages, la chaleur humaine, le patrimoine et le beau climat qui font la réputation et la popularité d’Alger ne profitent nullement au développement économique de notre capitale. Dans ce classement, Alger se retrouve, pour toutes ces raisons invoquées, devancée par d’autres villes africaines beaucoup mieux gérées et accueillantes telles que Tunis, Casablanca et Le Caire. Alger gagnerait à instrumentaliser sa popularité pour redorer son blason et créer toute une activité économique autour des voyages et du tourisme. Mais pour arriver à ce stade, il faut d’abord toute une prise de conscience au niveau de nos autorités et divers acteurs de la société civile.