48 heures après le lancement de la 3G++, le succès est au rendez-vous. Des files qui n’en finissent plus, des offres qui s’envolent à une vitesse incroyables. Alors la 3G qu’en pensez-vous ?

« Il est 16h et j’attends depuis 13 H je ne repars pas sans ma 3G. » Après des années de patience, Sonia n’était plus qu’à quelques heures près pour tester sur son smartphone le fameux réseau 3G, dont l’Algérie s’est enfin dotée. Comme Sonia rencontrée à la boutique Ooredoo de Didouche Mourad, l’une des principales agences, depuis mardi, les Algériens dont les wilayas disposent de la 3G ++ affluent en masse dans les boutiques Mobilis et Nedjma Ooredoo.

Les deux opérateurs ont lancé leurs offres pour l’internet mobile dès qu’ils ont reçu l’aval de l’ARPT pour leurs propositions commerciales. Depuis la commercialisation officielle, les boutiques ne désemplissent pas, il faut alors jouer des coudes seulement pour demander un renseignement aux agents commerciaux des deux opérateurs qui semblent dépassés dans les agences. « On a énormément  de personnes qui viennent de se renseigner sur les offres 3G ou pour y souscrire depuis qu’on a lancé nos offres», nous explique une conseillère de chez Nedjma Ooredoo, qui ne laisse pas filtrer plus d’informations. Pour ce qui est des offres stars, difficile de savoir lesquelles sont les plus demandées, car chez Nedjma Ooredoo comme chez Mobilis « on a pour ordre de ne rien communiquer pour le moment » nous indique-t-on dans le réseau d’agences des deux opérateurs.

Quelles offres pour quels prix ?

Sur la forme pas de grande différence entre les deux opérateurs. Chez Mobilis, on propose d’accéder à l’internet mobile sur smartphone avec une offre à partir de 1900 dinars au titre de l’offre mensuelle « Découverte » pour 2 GO de connexion mobile (sur smartphone ou clé), avec paiement par anticipation. Pour les plus gourmands d’internet un forfait Essentiel comprenant 5Go est proposé à 3500 Da par mois pour les tablettes. Enfin, pour une connexion partagée, l’opérateur propose un forfait « confort » de 10 GO pour  5000 Da mensuel. Pour la clé 3G, des forfaits oscillant entre 750 da et 3000 da pour un débit entre 500 Mo et 4 GO sont disponibles. Du côté de Nedjma Ooredoo, trois modèles sont proposées et s’adaptent à votre smartphone, tablette ou  clé pour ordinateur. Pour 100 Da vous disposez de 50 Mo pour 24 h. 1000 da, 750 Mo pour 30 jours et 3000 da pour 3GO valables un mois.

Si Mobilis propose une offre légèrement moins chère et des réductions pour les premiers mois de souscription allant jusqu’à -75%, Nedjma Ooredoo offre une clé internet et des smartphones dans certaines offres. Pour y souscrire, Mobilis vous demande une photocopie légalisée de votre pièce d’identité et un certificat de résidence pour souscrire aux abonnements. En revanche, chez Ooredoo, seule la copie d’une pièce d’identité suffit. Bref, ce premier départ pousse les deux opérateurs à user de tous leurs charmes pour satisfaire les abonnés. Et ça marche. Des centaines de personnes patientent parfois des journées entière pour obtenir l’offre 3G la plus pratique ou la plus compétitive. Certes, il y a peu d’écart entre les offres proposées par les deux opérateurs, alors les clients choisissent en fonction de leur fidélité, de leur instinct et surtout du bouche-à-oreille. « Je ne l’ai pas testé mais on m’a dit qu’elle était très bien », explique Sonia qui a patienté plus de 3 heures chez Ooredoo pour une offre sur son mobile.

On note que du côté de la clientèle, deux types d’utilisateurs se distinguent. La plupart des personnes interrogées dans les agences Mobilis optent pour la clé 3G, afin de l’utiliser au quotidien chez eux, soit parce qu’ils n’ont pas d’accès chez eux, soit parce qu’ils espèrent que la 3G  soit plus efficace. Alors que chez  Nedjma Ooredoo, ce sont les fans de tablettes et de smartphones qui se déplacent pour découvrir l’offre sur mesure de l’opérateur qatari.

La 3G, vraie connexion ou une vraie déception ?

La question qui se pose désormais est : la 3G algérienne est-elle efficace ? « J’ai essayé la clé 3G elle est très efficace. Elle n’a rien à voir avec la clé 2G avec laquelle je mettais beaucoup trop de temps. Avant je pouvais à peine ouvrir une page internet. Désormais j’en ouvre 3 à 4 en même temps et je peux même regarder des vidéos sans les laisser charger » affirme Ahlem, rencontrée à l’agence Mobilis à Alger Centre. Cette dernière a souscrit à l’offre clé 3G dès son lancement et accompagne désormais une amie qui, sur ses conseils, va prendre la même offre. « J’ai fait des tests débits sur Mobilis j’ai dépassé 2.8 mbps et Ooredoo 8.6 mbps. Le volume est limité à 3 GO par mois. Le débit est de loin meilleur que l’adsl. Est-ce que ça va durer avec la montée en charge ?», s’interroge un internaute sur Facebook.

Sur les réseaux sociaux, les réactions ont commencé à paraître dès le premier jour de la commercialisation de la 3G++. Les internautes actifs sur ces plateformes étaient sans doute les plus impatients pour le lancement de la technologie. Dès les premiers tests, sont apparus les premiers tweets. Heureux de tweetter  pour la première fois, ils étaient assez  positifs !

 

 

D’autres nouveaux abonnés sont assez déçus de l’offre. « 50 Mo à 100 da c’est de l’arnaque j’ai explosé le forfait en 7 minutes en essayant de voir un documentaire en HD ! Et puis il n’y a aucune offre illimité …On nous oblige à continuer à utiliser les services médiocres de l’Algérie Telecom », commente un autre internaute. Même constat sur les réseaux sociaux :

— Harzallah Med Nassim (@Nharzallah) 18 Décembre 2013

 

D’autres préfèrent ne pas essayer la fameuse 3G, et attendre d’autres offres plus intéressantes, estimant que le prix – même s’il reste le même que celui de la 2G – reste trop élevé pour de l’internet mobile. « Je ne vais pas prendre la 3G. Je ne sais pas vraiment ce que c’est, je n’en ai pas besoin, est surtout c’est encore trop cher pour moi. Je pense que c’est bien mais pour le moment, je ne suis pas prêt à mettre cette somme pour internet », raconte Hichem, un Algérois dépassé par tout cet engouement dans les agences de téléphonie mobile.

Autre bémol, les opérateurs prêchent en fait des convaincus. En effet, on remarque que dans les boutiques les clients qui se sont pressés pour souscrire aux nouvelles offres sont déjà des habitués de l’internet mobile, du moins ceux qui se connectaient avec leurs portables et tablettes en wifi lorsque des connexions le leur permettaient En revanche, les Algériens qui connaissent très peu le principe de la 3G++ ne sont pas encore séduits par les offres. C’est sans doute le prochain défi des opérateurs mobiles algériens : faire adopter le réseau 3G aux néophytes de l’internet mobile !

Notez cet article