Un jeune de 30 ans est décédé, hier, à Ghardaia, suite à des blessures, trois semaines après les incidents qu’a connus la ville de Guerrara, au Nord de Ghardaia.

La victime avait été touchée par un projectile lors de ces manifestations communautaires ayant opposé, le 24 novembre dernier, Mozabites et Chaanbas, après un match de football local. Ce jeune avait été atteint à la tête, un coup violent qui l’a plongé dans un coma profond, selon des sources hospitalières.

La nouvelle de son décès est arrivée chez les citoyens alors qu’un rassemblement de près de 2000 personnes était organisé à Ghardaia afin de réclamer une enquête «sérieuse» sur les accusations de «dépassements» qui visent les éléments des services de sécurité qui sont intervenus sur place pour rétablir l’ordre. D’ailleurs, la police avait renforcé sa présence, lors de ce rassemblement, craignant la colère des citoyens après l’annonce du décès de ce trentenaire. Finalement, tout s’est déroulée dans le calme.

Le rassemblement organisé par plusieurs associations, plusieurs «notables» de Ghardaia se sont relayés à la tribune improvisée pour l’occasion afin de s’exprimer sur ces événements. Tout le monde s’est accordé à dire que la DGSN devrait, dans les plus brefs délais, initier une enquête et différer devant la justice les auteurs des dépassements. Pour rappel, la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) avait dénoncé, au lendemain de ces incidents, les dépassements dont sont rendus coupables certains éléments des services de sécurité. La Ligue a évoqué des cas de tortures et d’humiliations ayant touchés exclusivement les Mozabites. Ghardaia connaît périodiquement des affrontements entre les communautés Mozabites (berbères) et Chaanbas (arabes). Une situation tendue qui devient de plus en plus difficile à gérer.

Elyas Nour