L’humoriste français Dieudonné risque de payer les frais de ses positions et son humour sarcastique. Le ministre de l’intérieur de son pays a insinué, vendredi matin, qu’il pourrait interdire les spectacles et rencontres publiques de l’iconoclaste comédien.

« Malgré une condamnation pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale, Dieudonné M’Bala M’Bala ne semble plus s’embarrasser de la moindre limite », peut-on lire dans un communiqué de Manuel Valls, ministre français de l’intérieur cité par plusieurs médias français.

« Dans ces conditions, le ministre de l’Intérieur a décidé d’étudier de manière approfondie toutes les voies juridiques permettant d’interdire des réunions publiques qui n’appartiennent plus à la dimension créative mais contribuent, à chaque nouvelle représentation, à accroître les risques de troubles à l’ordre public », ajoute le ministre de l’Intérieur.

« De déclaration en déclaration, comme l’ont démontré plusieurs émissions télévisées, il s’attaque de façon évidente et insupportable à la mémoire des victimes de la Shoah », poursuit Manuel Valls dans son communiqué.

Dieudonné M’bala M’bala, d’origine camerounaise, s’est distingué à plusieurs reprises par ses attaques contre le sionisme et ses soutiens. Il s’est même rapproché de certaines personnalités controversées, à l’image de Jean-Marie le Pen, le leader de l’extrême Droite française, qui est lui-même un négationniste. En 2005, Dieudonné avait été condamné en France pour « antisémitisme » pour des propos prononcés à Alger. Il fait des spectacles, chaque soir, dans un théâtre qui lui appartient à Paris. Ses spectacles recueillent une adhésion de plus en plus importante parmi la population française et suscitent le buzz sur les réseaux sociaux.

Essaïd Wakli