Cette fois, pas de pont aérien. Pour éviter des coûts exorbitants, les supporters de l’équipe nationale feront sûrement le voyage jusqu’au Brésil en bateau en juin prochain.

Une traversée de l’Atlantique en bateau. C’est certainement ce qui attend les supporters de l’équipe nationale qui veulent faire le voyage au Brésil, hôte de la Coupe du monde l’été prochain. Ils pourraient même loger à bord durant toute la compétition si les autorités brésiliennes acceptent. C’est ce qu’a rapporté mardi 3 décembre le quotidien arabophone Ennahar. Citant une source au Ministère des transports, le journal affirme que cette option fait réellement son chemin.

Un budget entre 70.000 et 90.000 da

L’objectif est d’amortir le coût du séjour afin de permettre à de nombreux supporters, et de différentes couches de la société, de se déplacer vers le pays de Pelé pour soutenir les Verts. Dans la même optique, il est question de faire loger les supporters algériens dans les chambres des bateaux affrétés pour le voyage. Le tarif varierait entre 70.000 et 90.000 dinars. Ce qui serait vraiment raisonnable. Ainsi, le voyage sera peut-être plus long, compter quinze jours de traversée, mais certainement moins cher qu’en avion. Il faut effectivement compter plus du double, seulement pour un aller-retour en avion.

Mais rien est encore fait. La concrétisation de ce projet est tributaire de l’aval des autorités brésiliennes. Elle dépend également du tirage au sort, programmé pour ce vendredi, qui va designer les adversaires de l’équipe nationale et, surtout, les villes où elle va disputer ses trois matchs du premier tour. L’option d’un voyage en bateau pourrait être remise en cause si l’Algérie jouera ses matchs dans trois villes différentes et éloignées l’une de l’autre, comme se fut le cas lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud. Les négociations entre  le Touring voyage (TVA), tour opérateur public qui organisera certainement le déplacement, et les autorités brésiliennes pourront démarrer sérieusement après le tirage au sort du 6 décembre.

Elyas Nour

Notez cet article