chakib khelil
chakib khelil

Lu sur Le Soir d’Algérie

L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Alger a indiqué, hier, que la justice américaine divulguera bientôt des informations sur l’affaire Chakib Khelil.

Le flou imposé dans le traitement du dossier Chakib Khelil devrait être prochainement levé. Des révélations qui ne proviendront pas de la justice algérienne mais plutôt de magistrats américains.

C’est l’annonce faite, hier, par l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger à une question sur le rôle de l’ancien ministre de l’énergie et des Mines dans l’affaire de détournement de deniers publics. «Nous sommes très au courant de ce qui se passe. Nous sommes en contact et en consultations permanentes avec les autorités algériennes. Vous serez informés dès qu’il y aura des résultats. Ces résultats pourraient être connus très rapidement», a souligné Henry S. Ensher, lors d’une conférence de presse. Pour mettre en avant la célérité et l’obligation d’informer à laquelle est tenue la justice américaine, l’ambassadeur a évoqué le cas du terroriste Mokhtar Belmokhtar suite à la procédure pénale introduite contre lui pour son implication dans la prise d’otages de Tiguentourine.

Les magistrats et les enquêteurs en charge de cette affaire terroriste avaient mis tout juste six mois avant de rendre publiques des informations précises. Mais pour l’heure, Henry S. Ensher préfère être prudent. Il refusera notamment de dire si Chakib Khelil jouit ou non de la nationalité américaine. «La loi nous interdit de divulguer la nationalité d’une personne », a-t-il noté.

Par ailleurs, l’ambassadeur s’est montré étrangement évasif en répondant à une question sur l’existence d’investigations à propos de conditions d’octroi de marchés publics à des sociétés américaines. «C’est une question de principe, nous ne faisons aucun commentaire sur des enquêtes en cours ou qui ne le sont pas.»

A quelques mois seulement de la présidentielle, Henry S. Ensher n’a pu échapper aux questions d’ordre politique. «Les Etats-Unis dénonceront-ils la réélection du Président Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat si le scrutin est entaché de fraude ?» a demandé un journaliste.

Réponse : «Une des premières choses que nous avons apprise à l’école de diplomatie est de ne jamais répondre aux questions hypothétiques. Les Etats-Unis sont pour des élections libres, justes et transparentes et ils travailleront avec tout candidat ou gouvernement élus.»

«Les Etats- Unis soutiendront-ils un quatrième mandat en faveur de Abdelaziz Bouteflika ?» «Savoir si le Président Bouteflika se présentera ou non à un quatrième mandat est une question purement interne à l’Algérie et je ne ferai aucun commentaire à ce sujet». Sourire en coin, Ensher a néanmoins précisé que les Américains ne s’offusquaient pas du fait que l’on compare Abdelaziz Bouteflika à Franklin Delano Roosevelt…

A propos de la programmation de la visite de John Kerry à Alger, l’ambassadeur des Etats-Unis a expliqué qu’elle sera fixée «prochainement ». «Nous travaillons actuellement avec le gouvernement pour fixer une nouvelle date à la tenue du second rôle du dialogue stratégique qui se tiendra en présence du Secrétaire d’Etat John Kerry. Nous savons que le secrétaire d’Etat et le gouvernement algérien travaillent sur plusieurs aspects.

La date de la visite de John Kerry à Alger sera fixée prochainement.» Quant à une éventuelle visite officielle d’un président algérien aux Etats-Unis d’Amérique au courant de l’année 2014, Henry S. Ensher a juste répondu par un simple «je ne sais pas».