Le président Bouteflika présidera aujourd’hui une réunion du Conseil des ministres, avec à l’ordre du jour l’examen de plusieurs projets de loi, selon l’APS. Le chef de l’Etat procèdera, également, à la signature de la loi de finances 2014, ajoute la même source.

C’est le deuxième Conseil des ministres que préside le chef de l’Etat cette année. Le premier de l’année 2013 tenu en septembre dernier avait été consacré aux nouveaux membres du gouvernement, nommés le 11 septembre, où des consignes leur ont été données à cette occasion. Le président Bouteflika a insisté sur la nécessité que les institutions soient au service de la société.  Pour son retour sur le devant de la scène politique, il a cherché surtout à se présenter en chef de l’Etat modèle, garant de la bonne marche du pays, à l’écoute de la population. Alors que son mandat s’achève en avril prochain, Bouteflika a, par exemple, demandé à son nouveau gouvernement de développer une «administration efficace et transparente, un service public moderne et de qualité».

Sans doute pour contrebalancer les affaires de corruption qui gangrènent le pays, le président a ajouté que les citoyens devaient pouvoir compter sur les agents de l’Etat et leur faire confiance. Pour obtenir des résultats, il attend de ses ministres «du travail, de l’engagement et de l’abnégation».

Jusque à l’heure actuelle, le président Bouteflika, qui est au pouvoir depuis 14 ans, n’a fait aucune déclaration sur ses futures intentions politiques.

Il n’a pas encore décidé s’il brigue ou pas un quatrième mandat consécutif. De même que la révision de la Constitution, longtemps leitmotiv de chef de l’Etat, n’est plus un sujet d’actualité. Seul le SG du FLN, Amar Saâdani, croit en la révision de la Constitution avant la tenue de l’élection présidentielle. Hier, cinq partis politiques ont annoncé, à Oran, lors d’une conférence de presse, la création d’une «coalition consensuelle» pour appeler à la candidature du président Bouteflika au scrutin d’avril 2014 et à la soutenir. Il s’agit de l’Union pour le rassemblement national (URN), du Parti de la voie authentique (PVA), du Front national de l’authenticité et des libertés (FNAD), du Mouvement national des travailleurs algériens (MNTA) et du Front démocratique libre (FDL).

Le porte-parole de la coalition, Sellam Abderrahmane, a indiqué que cette initiative «matérialise l’ambition» des partis concernés de soutenir le programme du président de la République qui nécessite «davantage» de temps pour son parachèvement, et ce pour le «bien du développement national».

Lire la suite sur Le Jeune Indépendant