Des députés ont lancé une pétition afin d’obtenir une série d’avantages. Ils exigent, notamment, la délivrance de passeports diplomatiques ainsi qu’une augmentation de salaire.

Les députés veulent obtenir de nouveaux avantages. Un groupe de parlementaires du Front de libération nationale a lancé une pétition contenant une série de doléances : passeport diplomatique, revalorisation des indemnités salariales et hausse des primes.

Il semble que l’initiative ait obtenu une large adhésion au sein de l’APN puisque plus de 300 députés (sur 462) ont signé, jusqu’à hier, cette pétition. Selon Baha Eddine Tliba, élu membre du groupe parlementaire du FLN, les doléances sont soutenues par des députés de toutes tendances politiques. «Cette pétition fait consensus au sein de l’Assemblée, ce ne sont pas uniquement des exigences du FLN», a-t-il précisé.

Pourquoi la délivrance d’un passeport diplomatique ? «L’objectif est de permettre aux parlementaires algériens d’être respectés dans les pays étrangers. C’est un moyen important pour être respecté.

Cela n’a absolument rien à voir avec la délivrance des visas. Les députés n’ont pas de problème sur ce plan-là, puisque la procédure est assurée par le service des relations extérieures de l’Assemblée», explique-t-il.

Pour ce qui est des indemnités, les élus exigent une hausse substantielle des salaires. Depuis l’augmentation de 2008 (un présent obtenu quelques semaines avant l’adoption de la Constitution), le salaire de base d’un député lambda s’élève à 294 595 DA par mois, soit 15 505 points indiciaires à raison de 19 DA par point. Ils exigent aujourd’hui que le point soit porté à 24 DA afin d’obtenir un salaire de base de 372 120 DA.

A cela il faut ajouter une série de primes (indemnité complémentaire, primes d’utilisation de téléphone, remboursement des frais de location, frais de secrétariat parlementaire et frais de restauration), qui permet de porter le salaire à plus de 450 000 DA.

Bien entendu, les initiateurs de cette pétition exigent également une revalorisation de ces primes, à l’instar de la prime d’hébergement qui est actuellement de 63 000 DA par mois. Le président de la Chambre basse touchera le jackpot puisque son salaire de base grimpera à 596 736 DA auquel il faut ajouter des primes équivalentes à cette somme.

Lire la suite sur Le Soir d’Algérie