Revue de presse. Transport à Oran : La galère au quotidien

0
340
La baie d'Oran vue de Santa Cruz

Lu sur L’Echo d’Oran

Se déplacer à Oran est un cauchemar. Les ponts, les carrefours et autres chantiers réalisés ces dernières années et annoncés en grande pompe, n’ont toujours pas réussi à désengorger la capitale et à améliorer le bien-être des Oranais. Prendre un taxi, le train, un autobus ou sa propre voiture, est un casse-tête chinois.

Embouteillages, barrages de police et de gendarmerie, indisponibilité des transports en commun, la liste des obstacles est longue. Des autobus vétustes et sales, des minibus inconfortables, bousculades, longue attente, excès de vitesse, une billetterie chère et des horaires indéterminés.
Les transports en commun oranais assurent une mauvaise prestation de service. «Je souffre tous les jours. C’est dur», atteste Abderezak qui travaille à l’USTO et habite à Sidi Lahouari. Ce trajet quotidien l’épuise, lui qui doit prendre deux minibus différents. «Sans exagérer, c’est infernal! Il y a trop de monde, je perds trop de temps. Je suis souvent debout dans de petits bus malpropres. Il y a trop de bruit. Ce n’est pas du tout confortable. J’arrive complètement claqué au bureau».
Les taxis n’offrent pas un meilleur service. A El Bahia, il est extrêmement difficile de dénicher un taxi tôt le matin ou en fin d’après-midi, en été comme en hiver. Les chauffeurs de taxi refusent souvent de desservir les destinations encombrées. «On est le seul pays au monde où le client demande au taxi où il va. C’est le taxi qui te prend et te dépose là où ça l’arrange et toi tu le paies pour ça !», ironise Fatiha, une fonctionnaire dans une administration publique. Rentrer chez elle est un combat quotidien. «Dès que j’arrête un taxi et qu’il entend Choupôt, il redémarre sans même parler. Ils tirent prétexte des bouchons pour refuser la course. Lorsqu’il accepte, c’est pour tripler le prix».
Beaucoup de communes oranaises restent d’ailleurs presque inaccessibles. Braya, Tafraoui, Mers El Hadjadj, Sénia Douar, Douar Belgaid, place du 1er Novembre, sont des endroits fermés. La circulation n’y est jamais fluide. «On doit nous aider. Les embouteillages tous les jours, ça use, ça rend malade. On doit dégager des routes pour les taxis et les autobus comme cela se fait ailleurs», affirme Ali, un chauffeur de taxi quinquagénaire. Il reconnaît qu’il lui arrive souvent de refuser de desservir certaines destinations. «Je n’aime pas faire ça, mais c’est comme ça !».
Pour les automobilistes aussi, prendre sa voiture n’est pas une partie de plaisir. Les bouchons, en dehors des heures de pointe, sont décourageants et insupportables. Le réseau routier est défectueux et saturé et les grands axes sont quasiment impraticables. Sans compter les problèmes de stationnement et de sécurité. «Quand tu veux te garer, un homme avec un bâton sort de la ruelle comme au Moyen-âge et te demande de le payer parce qu’il a gardé ta voiture. Je paie toujours ces parkings sauvages parce que j’ai peur qu’on casse la voiture», dit Sid Ahmed.
Besma habite à Bousfer et n’aime plus descendre à Oran-Centre même pour retrouver ses copines.
«Une amie habite à Miramar et une autre à Saint Hubert. Aller les voir me prend trop de temps. Trop de monde sur les routes. Une torture! Vraiment nous avons alors espacé nos rencontres à cause de ça. On se voit quand on peut, on essaie de se programmer, ce n’est plus évident», dit-elle tristement.
Les chiffres officiels estiment le parc automobile oranais à 1,5 million de véhicules. Mais chaque jour, trois millions de voitures circulent à Oran, ce qui dépasse les potentialités de la capitale de l’Ouest.

Vivement le tramway !

Face à ces aléas et à ces tracasseries qu’ils vivent au quotidien, beaucoup d’oranais qui commencent à apprécier le relatif confort qu’offre, depuis mai dernier le tramway, optent le plus souvent pour ce moyen de transport moderne. Ils sont aussi nombreux à souhaiter l’extension, le plus tôt possible, de son tracé afin, estiment-ils, de généraliser les nouvelles prestations de service qu’offre le tramway notamment en ce qui concerne la durée du trajet, tout en émettant le vœu de voir les responsables de ce nouveau-venu des moyens de transport dans le paysage urbain d’El Bahia, la SETRAM en l’occurrence, corriger certaines anomalies auxquelles sont confrontés les usagers.