Les problématiques de l’acte d’enseigner sont multidimensionnelles, politiques, socio-économiques et culturelles comme dans la plupart des universités du monde, mais restons centrés sur ses composantes pédagogiques. En effet, pour faire de nos universités des lieux d’apprentissage crédibles et innovants, un point est souvent oublié : la pédagogie. Or, c’est par la pédagogie que fonctionne l’université en tant qu’instance de transmission et de construction du savoir.
En effet, lorsqu’un universitaire commence à enseigner, il est en général étudiant en doctorat, ou il vient de finir une thèse ou un post doctorat sur un sujet extrêmement pointu. Une fois qu’il obtient un poste d’enseignant, il s’agit alors de prendre en charge un ou plusieurs enseignements qui sortent de sa spécialité stricte. À vrai dire, il est même plutôt rare d’enseigner exactement dans son sujet de thèse. Et c’est là que les problématiques de l’acte d’enseigner et de la formation à la pédagogie universitaire se posent sérieusement.

Il est clair que la formation et l’apprentissage à la pédagogie universitaire représentent les premiers chaînons pédagogiques dont tout enseignant aura besoin pour développer les compétences enseignantes et procurer des pratiques pédagogiques centrées sur les apprenants et les apprentissages. En effet, « personne ne commence par bien enseigner. Enseigner à l’université ça s’apprend » (Herbert Kohl).

Les professionnels de l’enseignement supérieur sont amenés à améliorer leur pratique enseignante selon les normes en vigueur et les concepts modernes des sciences de l’éducation. En d’autres termes, ils sont invités à revisiter leurs conceptions de l’acte d’enseigner, à saisir les mécanismes d’apprentissage et d’enseignement au regard des courants pédagogiques modernes, à planifier leur programme disciplinaire et ses séances de cours magistraux, et à organiser des activités d’apprentissage pertinentes en classe. Toutes ces pratiques d’enseignement doivent être planifiées méthodiquement selon des structures pédagogiques approuvées et cohérentes. De plus, étant en partie responsables de la motivation des apprenants, ils sont également amenés à comprendre les déterminants de la motivation en milieu universitaire ou en contexte de la formation continue pour motiver les étudiants pour les apprentissages.

Par ailleurs, la finalité sociale de toute formation est que l’enseignant enseigne et que l’apprenant apprenne. Pour que cela soit possible, l’enseignant doit acquérir des stratégies d’enseignement et des supports pédagogiques fondés sur les concepts modernes des sciences de l’éducation. Parallèlement, l’enseignant doit disposer d’environnements d’apprentissage propices à son développement intellectuel. En d’autres termes, l’enseignant doit être soutenu par des apprentissages à la pratique de l’acte d’enseigner en contexte de formation continue et partager avec ses pairs ses expériences sur la pratique enseignante grâce aux outils de communication et de collaboration en ligne.

Une formation en ligne
En effet, l’étendue du territoire national, la dispersion géographique des universités, le nombre important d’enseignants universitaires et les contextes socioprofessionnels des enseignants, il est intéressant d’utiliser la formation en ligne et les soutiens pédagogiques au sein d’une même plateforme de formation. De plus, notre pays ne dispose pas de suffisamment d’intervenants en psychopédagogie à l’échelle nationale. Il est également intéressant de souligner que les intervenants disponibles sont des inspecteurs retraités des directions de l’éducation et qui ne sont pas formés à la pédagogie universitaire.
L’intégration d’une formation en ligne à la pratique de l’acte d’enseigner, tant au plan des contenus et des modalités d’apprentissage qu’au plan des applications pédagogiques, paraît essentielle pour inclure le plus de professionnels universitaires en exercice. De plus, cette formation doit permettre d’ajuster plus facilement les contenus et les méthodes d’apprentissage selon les profils spécifiques des enseignants universitaires et autres professionnels qui suivront cette formation.

La formation doit répondre principalement à des objectifs de perfectionnement professionnel et de développement des habilités d’enseignement par l’apprentissage à la pédagogie universitaire en contexte de l’enseignement supérieur et des sciences de la santé. La formation et les stratégies pédagogiques doivent êtres conçues dans le but d’assurer des formations, en grande partie, à distance où les enseignants bénéficient à cet égard de connaissance de pointe dans le domaine de la pédagogie universitaire et de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) à des fins d’apprentissage.

On est convaincu que l’apprentissage et la formation à la pédagogie universitaire facilitent la mise en œuvre d’une véritable « approche par compétences » et de « l’approche programme » lors de la refonte et de l’élaboration des programmes disciplinaires et des contenus pédagogiques dans le nouveau système (ex : LMD). On est également convaincu que le développement de nouvelles compétences pédagogiques par les enseignants et les doctorants sert directement la qualité des formations universitaires en Algérie, la société en général et le développement des compétences pour le marché du travail. On pense également que l’apprentissage à la pédagogie sert à la valorisation de l’acte d’enseigner, de l’enseignant et les enseignements comme métier à promouvoir au sein de la société et dans nos universités.

Lardjane Dahmane
Conseiller et concepteur en pédagogie universitaire

Références

1.    Lardjane Dahmane (2013), Problématiques de l’acte d’enseigner en contexte d’enseignement supérieur en Algérie. La revue de pédagogie universitaire de l’USTHB, numéro 1, 2013, p. 58-63
2.    Francisco A. Loiola, Maurice Tardif (2001). « Formation pédagogique des professeurs d’université et conceptions de l’enseignement », dans Revue des sciences de l’éducation, Vol. XXVII, no 2, 2001, p. 305 à 326.
3.    Tardif, M. et Lessard, C. (1999). Le travail enseignant au quotidien. Contribution à l’étude du travail dans les métiers et les professions d’interactions humaines. Québec : Presses de l’Université Laval.

Notez cet article