A Baraki, une locaité située dans la banlieue est d’Alger, un enfant mineur a perdu un oeil après avoir été touché par un tir policier. Dans une vidéo YouTube postée par Abdelkader Kharba, militant de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH), on aperçoit clairement le visage presque tuméfié et l’oeil droit entièrement ensanglanté de la victime.

http://www.youtube.com/watch?v=9DmJCn_1f68&feature=youtu.be

Cette vidéo qui accuse la Police algérienne, et les forces antiémeutes, d’avoir commis un crime barabre montre des séquences terrifiantes où cet enfant mineur, qui serait âgé de 10 ans, est examiné par un médecin dans un établissement sanitaire. La vidéo n’explique pas précisément dans quelles circonstances exactes, cet enfant a perdu son oeil. Mais on entend  des voix qui expliquent que la victime a été victime d’un tir policier. Vraisemblablement, cet enfant s’est retrouvé au mauvais endroit lorsque les forces de l’ordre sont intervenues lundi à Baraki pour disperser les manifestants qui ont barré la route principale  et celle menant à l’APC de Baraki avec des pneus et des pierres.

Ces manifestants ont déclenché une émeute pour dénoncer leurs conditions de vie insalubres dans leurs habitations précaires. Celles-ci ont été complètement inondées dans la nuit de dimanche à lundi lorsque des pluies diluviennes se sont abattues sur la capitale Alger. Ces émeutiers habitent à « Haouch Bega », un bidonville réputé pour son insalubrité et les conditions misérables de ses habitants. Depuis des années, les familles en colère de ce bidonville ne cessent de réclamer leur relogement.

 

Soulignons enfin que dans cette autre vidéo amatrice, on nous explique que cet enfant est plutôt âgé de 12 ans et s’appelle Omar. Dans cette vidéo aussi, on accuse la police d’avoir tiré une balle sur ce pauvre enfant innocent. Une autre vidéo révèle le témoignage du père de cet enfant. Ce dernier confie que son fils sortait du domicile familial pour rendre à sa sa séance de sport. Et c’est à ce moment-là qu’il a été touché par un des tirs de gaz lacrymogènes lancés par les forces antiémeutes. Le père assure également que son enfant ne s’est nullement mêlé aux protestations enclenchées par les habitants de « Haouch Bega ». A 12 ans, le petit Omar est désormais contraint de continuer sa vie avec un seul oeil. Quel a été son crime pour subir un tel sort ?

Notez cet article