bouteflika armée

L’armée nationale populaire ne veut tolérer aucune ambiguïté. Dans le dernier numéro de sa revue, El Djeïch, l’ANP met en garde contre « toute velléité d’atteinte à la sécurité nationale » et affirme son « obéissance » au président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Selon l’éditorial de la revue El Djeïch, publié cette semaine, l’armée algérienne met en garde ceux « qui se jouent de la sécurité et la stabilité du pays ». Le document ne cite, comme d’habitude, aucune partie. Mais il est clair que l’armée s’adresse d’abord aux médias et politiques qui spéculent ces derniers temps sur les relations, réelles ou supposées, qu’entretint le chef de l’Etat avec les militaires, notamment le DRS.

La revue El Djeïch, l’un des rares espaces où s’exprime la grande muette, invite les Algériens à s’unir « pour sauvegarder la stabilité du pays ». « Une stabilité chèrement acquise », écrit l’ANP. Cette dernière rend également hommage au chef de l’Etat qui a été derrière « ce retour à la paix et à la stabilité ».

Il est vrai que cette intervention de l’armée intervient avant la nouvelle hospitalisation du chef de l’Etat. C’est d’ailleurs pour cela que le document ne fait aucunement référence à ce nouvel incident.

Cette « mise au point » intervient à l’occasion de la célébration du 1er anniversaire de l’attaque de Tiguentourine, à In-Amenas. L’attaque terroriste avait suscité une réaction vigoureuse de l’armée qui avait éliminé tous les terroristes. Ceci dit, cet éditorial « engagé » n’est nullement dénué de visée politique au moment où l’Algérie va connaitre une élection présidentielle dans les trois mois à venir. Une élection pendant laquelle le rôle que va jouer l’armée sera analysé, observé et décrypté.

E. W.