Des voitures en Algérie
Des voitures en Algérie

Dans sa précampagne électorale, le gouvernement veut se pencher sur tous les problèmes, y compris la circulation automobile dans la capitale.

Le ministre des Transports, Amar Ghoul, a a indiqué, mardi à l’APN, que le gouvernement va mettre en œuvre des mesures dans le but d’atténuer le blocage provoqué par la circulation automobile à Alger. Le ministre a annoncé qu’un conseil interministériel se tiendra prochainement et adoptera des mesures d’urgence et d’autres à mettre en œuvre sur les longs et moyens termes pour régler le problème. Il a évoqué les recommandations issues des assises nationales sur les Transports en décembre dernier et qui seront présentées la semaine prochaine au gouvernement pour adoption et application. Dans le même sillage, Amar Ghoul a souligné l’impératif de remédier à cette situation et éviter qu’elle ne s’étende à d’autres villes et communes du pays, estimant que la solution de ce problème passait par la conjugaison des efforts de plusieurs secteurs.

Revenant sur les raisons de cette situation, le ministre des Transports a indiqué que 70 à 75% des véhicules qui accèdent à la capitale ne transportent qu’un seul passager tandis que 400.000 voitures sont utilisées quotidiennement pour des motifs « injustifiés », a-t-il fait remarquer. Outre les administrations, les universités et les écoles qui se trouvent à Alger, cette ville abrite un port commercial qui attire près de 1.000 camions par jour.

Une commission avait été installée depuis quelques jours pour se pencher sur la question. Des solutions ont été proposées au gouvernement. Vont-elles donner des résultats ? Attendons pour voir.

E. W. / agence

Notez cet article