Louisa Hanoune a annoncé ce samedi que son parti, le Parti des Travailleurs, présentera bien un candidat à l'élection présidentielle. Mais pour connaître le nom du candidat du PT, il faut attendre jusqu'à vendredi prochain.

Louisa Hanoune sait y faire avec les effets d'annonce. A l'issue d'une session de travail du comité central du parti, Louisa Hanoune, présidente du Parti des travailleurs (PT), a révélé vendredi que son mouvement participera à l'élection présidentielle, qui se tiendra le 17 avril prochain. S’exprimant à la radio, celle-ci a indiqué que la formation politique qu’elle dirige a décidée de prendre part à ce rendez-vous. Néanmoins, a-t-elle ajouté, ce n’est que vendredi prochain, lors de la réunion des cadres du parti, que le nom du candidat sera connu. Faux suspens, car il est quasi certain que c’est bien Louisa Hanoune, elle-même, qui sera la tête d'affiche du PT à cette présidentielle. "Le parti ne faillira jamais à ses responsabilités  quelles que soient les difficultés et est parfaitement conscient que la bataille sera très difficile, compte tenu de la situation actuelle que vit l'Algérie", a-t-elle dit.

Advertisement

"Crédibiliser" la réélection de Bouteflika ?

Donc, c’est au moment où certains acteurs de la scène politique expriment de plus en plus d’hésitation à s’engager dans une bataille où Bouteflika est fort probablement candidat à sa propre succession – du moins si l’on se fie aux déclarations insistantes du chef du FLN – que Louisa Hanoune annonce la participation de son parti. Si Ali Benflis n’a pas encore annoncé sa candidature – il le fera dimanche 19 janvier – plusieurs autres, comme Soufiane Djilali, ont annoncé qu’ils se retirerais de la course si l’actuel chef de l’Etat y prend part. Ce samedi, Amar Ghoul a déclaré qu'il renonce à se présenter à l'élection présidentielle et que son parti, le TAJ, se range derrière Bouteflika. Les uns et les autres estiment que si Bouteflika décide de se présenter pour sa propre succession, il a toutes les chances de l'emporter. Donc, ceux qui prennent part à la bataille électorale ne feront que "crédibiliser" cette élection. Et comme Louisa Hanoune a toujours accompagné les différents combats électoraux de Bouteflika, il clair que, cette fois-ci encore, elle sera tentée d’apporter son grain de sel en donnant de la "légitimité" à un rendez-vous électoral, que l'opposition considère biaisé.

Elyas Nour